Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Objets textiles, textes subjectifs

Une classe d’un lycée de Laon se retrouve en écriture

_ La poésie est un rapport concret aux mots, un rapport concret à la vie et donc notamment aux objets qui nous entourent. Avec Martine Desjardins, enseignante du Lycée Julie Daubié de Laon (Aisne) et une classe de terminale, nous avons pu expérimenter une approche sur les objets.
Cela entraît dans lle cadre d’un atelier d’écriture réalisé en 2007-2008 grâce au projet culturel de la Direction de l’Education du Conseil Régional de Picardie. Je suis intervenu en atelier d’écriture suivi, sur plusieurs séances, dans ce lycée et dans cinq autres établissements des trois départements de la région Picardie.
_ Voici donc le résultat d’une rencontre avec une classe de terminale des métiers de la mode et industries connexes du lycée Julie Daubié de Laon (Aisne). Nous avons proposé une écriture basé sur les relations à un objet textile avec lequel chaque élève a des liens authentiques, objet d’enfance ou objet d’aujourd’hui, objet alors offert ou fabriqué pendant la formation.
_ Pour apporter quelques repères sur la relation langagière aux objets dans cet esprit je signale une opération menée au Lycée Jean de la Fontaine de Château-Thierry en 2006-2007 et qui a donné lieu à une publication : Passeurs de mémoire. « L’objet » retenu constituait alors le support à l’échange entre les personnes du troisième âge d’une maison de retraite et des lycéens d’une classe de seconde. L’objet, choisi par la personne âgée, constituait le prétexte de la première rencontre.
_ On prendra aussi connaissance avec intérêt du très beau travail de Sofie Vinet intitulé Les petites affaires de Marie-Louise, paru en 2006 aux éditions Soc et foc. Ce recueil est un inventaire, en textes poétiques et en photos, des objets de la vie quotidienne, recueillis par Sofie Vinet après la disparition de sa grand-mère, Marie-Louise.
_ A Laon les objets familiers ont été apportés par les élèves pour que Martine Desjardins, leur enseignante, puisse les photographier sur fond neutre. De ces objets sont donc nées ces rencontres écrites. Ce sont d’abord des messages adressés à l’objet par son détenteur (jusqu’au cas limite de celle qui n’a rien à lui dire), en forme de « je me souviens ». La réponse de l’objet est ensuite proposée, rédigée. L’objet, comme on le verra, aura plus ou moins apprécié ce qu’on a pu dire de lui, prenant une distance salutaire, y compris dans la rébellion de celui sur lequel on n’avait rien à dire. Si certains objets donc sont en harmonie avec leurs maîtres, d’autres ont une autre vision du monde. L’effet-narrateur a fonctionné.
_ Ce fut je l’espère un bon moment d’écriture pour toute l’équipe. Il y eut en tout cas je crois de quelques belles rencontres.
_ Mais ne traînons pas plus longtemps et retrouvons le plaisir de prendre connaissance de ces textes et photos. Je vous laisse à votre découverte.
_ Pour prendre connaissance du document il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous :

Objets Textiles Textes subjectifs