Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Expulsions de Libye vers Bamako

  Dim 4.10.09, de Paulin Kuanzambi

 153 Maliens expulsés de Libye dénoncent la violence de la police libyenne.

 

 

BAMAKO,

Cent cinquante trois ressortissants maliens expulsés de Libye ont dénoncé devant la presse à leur arrivée à Bamako la brutalité des forces de sécurité libyennes à leur encontre. Ces Maliens installés en Libye ont affirmé avoir été emprisonnés avant d’être expulsés vers Bamako à bord d’un vol spécial d’une compagnie libyenne arrivé dans la nuit de mercredi à jeudi. 

 

« Je travaillais en Libye. On m’a arrêté sur mon lieu de travail. On m’a frappé, jeté en prison pendant deux ans. Aujourd’hui, on m’expulse », a déclaré à l’AFP Ziad Touré. « Les Libyens sont racistes. Ils nous appelaient <chats noirs>, <singe>, ont affirmé l’un des expulsés. « Ils ont volé mon argent et celui de quatre autres Maliens avant de nous mettre en prison », a dénoncé un autre expulsé. Aucun des maliens refoulés n’a reconnu vouloir transiter par la Libye pour aller en Europe, la Libye étant, selon eux, leur destination finale.

 

Une vingtaine d’entre eux ont expliqué à l’AFP que « ces derniers temps », les forces de sécurité de la Libye, usaient d’un stratagème: arrêter les ressortissants africains sur le sol libyen, dire qu’ils ont été arrêtés en mer pour faire croire aux Européens que la Libye « lutte efficacement » contre l’immigration clandestine. « J’ai été arrêté à Tripoli. 

 

Trois jours après, j’ai été présenté à deux Italiens. On m’a dit de dire que l’on m’avait arrêté en mer, comme ça, on va me laisser partir en Europe », a expliqué Hamidou, 15 ans. L’Association malienne des expulsés (AME) a « dénoncé » les conditions « inhumaines » dans lesquelles les Maliens ont été entendus par la police libyenne. « Voilà le véritable visage de la Libye. 

 

Après on nous parle des expulsions d’Europe. Il faut balayer d’abord devant notre porte », a déclaré à l’AFP un membre de l’AME, Mamadou Keïta, annonçant que cette structure allait porter plainte contre la Libye. La Libye, pays de transit vers l’Europe, expulse régulièrement des émigrés clandestins d’Afrique sub-saharienne vivant ou séjournant irrégulièrement sur son territoire. 

 

Les expulsés se plaignent régulièrement de brutalités infligées par les forces de sécurité libyennes.