Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Présentation du MUP

Le (M)inistère (U)niversel des (P)oésiens

Notre PO-(ÉTHIQUE)

Le (M)inistère (U)niversel des (P)poésiens associe « Ethique » et « Poésie ». Il entend rendre le monde plus poétique (car sans langue de bois), plus fraternel, grâce à son regard lucide et situé au cœur de l’homme. Une poésie à taille humaine.

Chaque membre du (M)inistère ((U)niversel des (P)oésiens devient « ministre » d’un espace du monde : de son pays, de sa région, de sa ville ou de son village, de sa table de travail ou de tout autre élément qui le fait être.

Notre pratique

Le (M)inistère (U)niversel des ((P)oésiens pourra prendre toute initiative souhaitée par ses membres pour intervenir dans le monde :

  • prises de positions po-éthiques ;
  • participation à certains événements pour lesquels il serait sollicité ;
  • etc.

Le (M)inistère (U)niversel des (P)oésiens sera relais des questions de po-(ÉTHIQUE), qui agitent le monde. A ce titre il pourra accueillir et diffuser des productions de ses membres, notamment par l’intermédiaire de son site internet.

Sont membres du MUP tous ceux qui le déclarent. Il n’y a aucune cotisation ni aucune autre formalité.

Un peu de vocabulaire

Quelques explications sur les termes que nous employons :

Le « ministère » Le « Ministère » est constitué par tous les ministres de la poésie qui désirent adhérer au mouvement. Pas de bâtiment public et coûteux qui répondrait au nom de « ministère ». Chaque membre est « ministre » dans son environnement, c’est-à-dire au service de la communauté (« au service de » est à la racine du mot « administration »).

« Universel » Le (M)inistère (U)niversel des (P)oésiens s’adresse à tous ceux qui vivent sur cette terre. Le mot « universel » affiche un voisinage que nous assumons totalement avec la « Déclaration universelle des droits de l’homme ».

« Poésiens » Les poésiens sont ceux qui travaillent la poésie comme les musiciens travaillent la musique. Sont poésiens les poètes issus de tous les domaines, comme par exemple celui de l’art du mot (oral, écrit), ou de l’image, ou du son, ou d’autres combinatoires. Les poésiens communiquent en langue française, soit directement, soit en proposant des traductions de leurs textes (on ne peut pas connaître toutes les langues, mais on peut accueillir des poésiens de tout pays, pourvu qu’ils soient en mesure de communiquer avec nous, et nous les y aiderons s’il le faut).

Origine de la démarche

Notre démarche est née d’échanges entre poètes du monde entier réunis à l’occasion de la 3e édition du SiPOeF de Cotonou (Semaine internationale de la poésie francophone). Le (M)inistère (U)niversel des (P)oésiens a été fondé à Cotonou (Bénin) par un groupe de poètes réunis sur le Lac Nokoué, dans la cité lacustre de Ganvié (mot signifiant « nous sommes sauvés »), le dimanche 1er mars 2009. L’histoire de cette région est forte : Ganvié a été créée par les réfugiés Toffinus qui échappaient aux razzias esclavagistes des rois d’Allada et d’Abomey. Nos convictions d’aujourd’hui s’affirment donc en ce lieu de résistance et de développement d’une société fraternelle.

Comment devenir membre

Pour être membre du MUP, il suffit d’adresser un courriel d’adhésion « motivée », indiquant l’espace de la terre où le poésien exerce son ministère, avec quelques éléments de bio-bliographie. Il peut y joindre tout autre texte ou document qu’il souhaiterait faire partager.

Le courriel doit être envoyé à l’adresse du Ministre-secrétaire du moment, l’un des membres fondateurs : Jean Foucault.
Contact : jean.foucault0@orange.fr
L’adhérent ne paie pas de cotisation.
On ne parle d’ailleurs pas d’adhérent mais de « ministre ». Ceci explique sans doute cela.

Coordination du MUP

La coordination universelle est assurée par les quatre membres fondateurs et non perpétuels (les poésiens ne sont pas immortels) :

  • Philippe Bourgade, Schoelcher, (Martinique, France)
  • Jean Foucault, Amiens, (Picardie, France)
  • Gary Klang, Montréal, (Haïti – Canada)
  • Amine Laourou, Cotonou (Bénin)