Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

La police d’Amiens en plein zèle

Quelle mouche a donc piqué la police d’Amiens surprise en plein zèle

On peut se demander si les excès de zèle des policiers d’Amiens ces derniers jours (à Etouvie puis dans le quartier Sud-Est, rue Victorine Autier) ne sont pas des retombées de la politique de recherche d’expulsion à tout prix (et c’est effectivement à tout prix : ce n’est pas ainsi qu’on va créer des synergies entre la police et la population).

Un jeune de 13 ans interpellé, quelle gloire ! alors qu’il n’avait rien à voir avec le groupe de jeunes que la police avait repéré. Groupe de jeunes qui a d’ailleurs été libéré quelques heures plus tard, aucune charge à leur encontre.

Un animateur du centre de ressources internet d’Etouvie, employé municipal, plaqué à terre et menotté avant d’être conduit au poste. Là aussi rien à lui reprocher. Mais les agents ont porté plaintes contre le jeune homme qu’ils ont maltraité. Air connu. Et l’on va supprimer la commission qui porte attention aux méfaits des policiers.

Pourquoi en parler ici ? Parce que derrière cette agitation je sens poindre derrière le délit de faciès. Peut-être pas qu’on est raciste à la police, mais quelqu’un qui ressemble à un étranger, ce peut être un clandestin. La police doit finir par croire que la majorité des étrangers sont des clandestins ! Et un clandestin de trouvé, une croix de plus sur les renvois !

Sans compter qu’on peut avoir une tête d’étranger et être totalement français, éventuellement depuis plusieurs générations (les français d’Outremer, les familles qui ont demandé la nationalité française depuis seulement deux ou trois génération (les familles Sarkozy, Copée et j’en passe).

Je rêve d’une société multiraciale où la police serait utilisée pour arrêter les vrais coupables des vrais crimes et délits, les délits de mise à mal des plus pauvres par exemple. Le délit de trader, le délit de bouclier fiscal, le délit d’argent sale… Ah si cela se voyait sur les visages qu’on avait manipulé de l’argent sale ! Mais non évidemment, et c’est plus compliqué de remonter ces filières là ! Les manieurs d’argent sale sont tous des gens qui paraissent très bien, très propres sur eux. Quand on mène une étude sur les effets de la mondialisation à 10 000 € par mois on se sent au-dessus de tout soupçon.

Ceux qui sont capables de faire cela devrait aussi recevoir les visite de policiers investigateurs qui travailleraient sous commissions rogatoires de juges qui porteraient par exemple des noms comme Eva Joly. Des noms qui fleurent bon. Qui fleurent une époque où les procureurs n’étaient pas tant inféodés au pouvoir.

Alors on laisse le zèle de la police prospérer ? Ce zèle là, particulièrement choquant et contre-productif ?

Quelle mouche les as piqué, ces policiers ?

Pas la mouche tsé-tsé que l’on laisse à l’Afrique alors qu’on aurait les moyens d’éradiquer le mal qu’elle provoque.

Pas la mouche du coche, bien qu’avec elle nous soyons sur la bonne voie puisque nous appelons ainsi ceux qui font les empressés.

La mouche du zèle donc, une mouche plus qu’empressée, une mouche qui obéirait aux ordres les plus stupides. Et si la mouche du zèle atteint nos autorités inférieures, cela promet d’aller de mal en pis car chaque sous-fifre veut plaire à son supérieur.