Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Le cocorico des chiffres

Le cocorico des chiffres

SOS Racisme a raison de s’étonner dans un trac qu’on puisse donner comme objectif glorieux pour les équipes travaillant sous les ordres de Besson, 30000 reconduites à la frontière dans l’année.

C’est un cocorico de très mauvais genre

Qui laisse des traces dans les familles des travailleurs de l’Ordre !

C’est un cocorico rougis des larmes sans sommeil des sans papiers qui attendent que l’on frappe à leur porte

Qui n’osent plus sortir.

C’est un cocorico qui peut aller jusqu’au sang en tout cas qui se batit sur la force de frappe de certains policiers puisqu’on ne compte plus le nombre de ceux qui se sont retrouvés battus et que la justice dès lors relâche.

C’est un cocorico basé sur le principe que l’homme est un loup pour l’homme

Homo homini lupus était le titre d’un tableau du peintre Rouault, qui montre un pendu sous la lune.

Les 30 000 reconduites c’est un vision mathématique de la chasse à l’homme sur notre territoire.
Comment peut on se donner de tels objectifs et dire qu’on traitera chaque cas individuellement avec l’humanité qu’il mérite ?

Transformer chaque cas en chiffre sur des tableaux statistiques c’est se donner la distance qui évite de se poser des questions.

Mais je n’arrêterai pas de me poser des questions d’autant que je sais que tout cela n’est acquis qu’au prix d’une gymnastique de la statistique gouvernementale.

D’autant que je sais que les reconduites dans le déni du droit sont le résultat de la volonté d’atteindre ces chiffres.

30000 pourrait être au contraire le chiffre du nombre de personne qu’on accueille avec humanité ;

Ou bien le chiffre du nombre de postes de fonctionnaire que l’on supprime car on cessera la chasse l’homme.

Savez vous que pour chaque personne renvoyé de force, il  ya au moins 4 militaires qui l’accompagnent ?

Savez-vous quel est le budget des centres de rétention ?

Le budget versé aux association qui soutiennent dans les centres les sans papiers pour qu’ils aient un minimum de droit ?

Le budget alloué aux préfectures pour le service des expulsions (comment l’appeler autrement : c’est le seul but sensible, trouver la faille qui permettra d’atteindre le chiffre)

Le budget de la Justice consacré à toutes les procédures que doivent engager les associations humanitaires et les sans papiers pour se défendre ?

Si Nicolas 1er veut des résultats dans la diminution du train de vie de l’Etat, qu’il cherche de ce côté. La chasse aux Sans papiers fait partie du train de vie de l’Etat.