Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Les sans papiers meurent notamment de défenestration

Je dédie ce texte à Mandeep Singh et à son amie Sophie,
Mandeep Singh qui a tenté de se suicider le 27 février 2008,
mais que le valeureux préfet de Picardie a rattrapé,
afin de le renvoyer sain et sauf aux Indes,
ce samedi 14 mars 2008.
Le Courrier Picard du 17 mars annonce
qu’il est descendu d’avion à Delhi
escorté par des militaires Indiens.


_ J’ai beau retourner le problème dans tous les sens je ne vois pas comment on en est arrivé au développement de ces défenestrations dans un pays où les dispositions sont prises pour assurer la sécurité des logements. Il est rare que des locataires prennent l’habitude de passer par la fenêtre pour quitter leur appartement.
Or il semble bien que ce soit ce qui se pratique ici ou là et quand cela se produit parmi la population étrangère, il est très fréquent pour ne pas dire certain à 100%, que la police soit dans les parages. Elle n’est pas « appelée sur les lieux », comme l’on dit, après que l’événement tragique se soit produit, mais elle est toujours-déjà-là. Prémonition ou préméditation policière ? Ne donnent-ils pas la mort, sans l’intention bien sûr de la donner, puisque pour faire son quota notre Ministricule doit renvoyer chez eux les gens vivants.
Ne pourrait-on pas donner à notre police d’autres missions que celle qui entraînent de telles complications, pouvant déboucher sur des morts violentes ou en tout cas des traumatisme sérieux ?
Les policiers seraient sans doute les premiers à préférer que leur travail aille dans le sens d’une aide à la personne. Or il est aujourd’hui certain que c’est la vue de l’uniforme qui, dans certaines situations, conduit à ces manifestations de désespoir !
Ah ! qu’il est loin le temps de mon enfance où la défenestration n’existait pas !
Certains matins j’ai honte de la police et j’ai peur de l’uniforme, moi aussi. Qui peut être sûr que l’Omniprésident si rétrocactif n’aura pas envie un matin de changer les règles du jeu où vous aviez votre place ?