Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Vénus de Milo, cow boys et Joconde

A Samuel

_ « Si ça continue il n’y aura plus que des Vénus de Milo dans toute la France ».
Je me demande ce que Samuel, dit Sam, mon interlocuteur, veut signifier par là. Veut-il dire que d’une génération à l’autre notre descendance sera de plus en plus belle ?
C’est un rêve à la fois agréable et un peu dangereux, un rêve de race pur.
Je demande des explications et me rend compte que je n’y étais pas du tout !
Samuel a participé au Sarkositoire du 19 février 2008 qui vient de s’achever. Il rit de mon incompréhension et il espérait bien cette incompréhension ! Il aurait même été vexé que je trouve tout de suite le fin mot de l’histoire.
« Mais non dit-il alors, en reprenant la parole avec un large sourire. Les gens qui ont fait confiance au candidat Sarkozy s’en mordent les doigts aujourd’hui, et à force de se ronger les doigts, il n’y en aura plus, et même le bras sera bouffé… »
Oui évidemment la Vénus ce n’est pas qu’un visage et un buste superbe. Ce sont aussi des bras tronqués. Rien ne doit se perdre dans la vision de la Vénus.
Au retour je prends place dans ma voiture mais me voici très vite contraint de stopper pour laisser passer un véhicule lancé à vive allure avec girophare et son strident : c’est une voiture de police municipale. Tiens ! pensais-je alors, voilà les cow-boys d’Amiens à l’œuvre !. Il faut vraiment que tout se voit et que tout s’entende chez eux. Mille journalistes pour mille policiers et quelques arrestations à Villiers-le-Bel cela ne suffit pas. Dès que l’on aura trois policier dans une berline, il faudra donc supporter le girophare et la sirène ! Est-ce bien nécessaire ?
Une ville remplie de Vénus de Milo sera plus facile à gérer pour les cow-boys. Mais il restera encore la parole. Car la Vénus de Milo, n’est-ce pas, peut encore parler.
Devant moi une jeune fille esquisse un sourire. Je ne sais pas pour qui, je ne sais pas pourquoi. Manquait plus que cela me dis-je, voici maintenant que je croise la Joconde !
Joconde, Vénus de Milo et cow-boys…
Et moi, je suis l’Indien qui ne marche pas dans la file. Je m’aperçois avec plaisir qu’on est encore nombreux ainsi et je suis heureux ce soir de ressentir que la file Indienne s’allonge.