Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Vies à bascule : Kwezi et Yoli

La belle histoire de Kwezi et Yoli

Kwezi naît dans une famille ordinaire. Il a une enfance ordinaire. Il aime jouer plus que d’aller à l’école. C’est que dehors il peut jouer au soleil. A l’école on ne joue pas au soleil.
Dehors il peut aussi travailler, bricoler, découvrir la vie, le monde.
Il se prépare à être adulte. Il devient adulte.
Tout pourrait très bien se passer, se poursuivre ainsi jusqu’à son terme. Kwezi n’a rien demandé de plus que de pouvoir vivre et jouer au soleil quand il en a encore le temps.
Plus tard il jouera avec ses enfants n’est-ce pas ? Car il aura des enfants. D’ailleurs il a déjà rencontré Yoli qui deviendra sa femme.

Alors, ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants ?

Ce serait trop simple, ce serait une histoire ordinaire de princes et de princesses ! Era uma ves comme on dit en Angola ! Mais ils ne sont pas princes et princesse, Kwezi et Yoli.

Il y a un grain de sable, une énorme tache dans leur soleil.

Le père de Kwezi, entre deux, a été tué. La propre vie de Kwezi est menacée car il a été vu dans des cercles où il n’aurait pas fallu que certaines personnes le voient.

Alors Kwezi doit quitter clandestinement son pays.

Alors Kwezi se réfugie en France.

Il continue à mener une vie tout à fait ordinaire. Peut-être plus ordinaire encore.

Mais en France on ne veut pas qu’il soit un étranger ordinaire. On ne cherche pas à lui faire une place au soleil. Ici le soleil est plus rare n’est-ce pas, ses rayons réchauffent moins.

Alors Kwezi devient un Sans-papier une catégorie inventée au XXe siècle au pays des droits de l’homme.

De quoi sera fait son lendemain ? Kwezi ne le sait pas. Mais rassurons nous : personne ne sait de quoi sera fait son lendemain. Le sait-il le fonctionnaire qui lui demande un papier supplémentaire ? Le préfet qui lui refuse un statut ? Le ministre qui boute hors de France, les gens comme Kwezi ?