Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Le mal de Méditerranée

75 morts sur une barque qui a dérivé en Méditerranée
pendant des jours et des jours
4 survivants sont débarqués à Lampedusa
au pays du sinistre Berlusconi ! (les journaux, août 2009)

Que je porte en moi
J’ai mal j’ai froid à la Méditerranée

encore et encore
Des morts en mer

Des morts en mer
Et pas des noyés

Les noyés c’est trop propre
C’est trop léché par les vagues

Non ! mon mal de mer
Vient cette fois

de ces corps desséchés
Assoiffés affamés

Pas boursouflés pour deux sous !
Des corps de momies africaines

Des morts en mer
De faim et de soif

Des morts de soleil
Et d’espoir

C’est horrible l’espoir
Quand il menace

Une mort cruelle
Une horrible fin de vie

Et pourtant des bateaux
Il en est passé dix

Ce n’était pas encore assez !
Dix contre un

Car un seul bateau
Et c’était des pêcheurs

Un seul bateau
A fait celui qui voit

Il s’est dérouté et a laissé
Eaux et vivres

Il n’y a pas pire sourd
Que l’aveugle.

C’est long quand on meurt
De regarder au large

C’est long le passage
par horrible beau temps

de dix bateaux
à vapeur ou à voile

Est-ce beau la mort
Vue d’un voilier

Plus beau
Que depuis un porte container ?

ça laisse le temps
de voir la mort venir

Dix bateaux et 75 morts
Mais quelques rescapés

C’est horrible pour les aveugles
Qu’il y ait des rescapés

Ils ont tout raconté
Ils auraient du couler

Dans la prochaine croisière
On coulera l’horrible esquif

En attendant déjà une horrible paix
S’élève de la mer.

Lors s’abat sur le monde
Un horrible silence
Et la Paix

Paix sur la chape de vagues sur la mer
Paix sur la chape de plomb sur les tombes
Paix à votre âme
Paix aux hommes de bonne conscience.

Paix à toi Méditerranée
Paix au berceau de la civilisation
Devenue tombe de Bonne Espérance.

(Amiens, 26 août 2009)