Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Sarkositoire du 12 mai 2009

Le contexte de ce sarkositoire

Dans la jungle de Calais
Depuis la dernière fois on a observé qu’Eric Besson, ministre, est allée dans la jungle de Calais. Il en sera question dans les textes lus ce soir.

Délit de relation amoureuse
On a encore vu aussi des gens humiliés dans leurs amours avec un nouveau cas qui a relancé la polémique sur le « délit d’aide » (dépêche de l’agence Reuters du 11.05.09 à 16h10) :
Le parquet de Dijon a suspendu les poursuites déclenchées contre une jeune Française qui voulait épouser un Marocain sans papiers, décision qui a relancé la controverse sur le délit d’« aide au séjour irrégulier ».
Les associations d’aide aux étrangers Cimade et Amoureux au ban public parlaient de « criminalisation de l’amour ». Elles avaient appelé à manifester lundi devant le tribunal de Dijon, où était convoquée Jennifer Chary, 23 ans, pour une procédure de « plaider coupable », autrement appelée « comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité » (CRPC).
Il lui était reproché d’avoir aidé l’homme qu’elle voulait épouser, M’Hamed Naïmi, 24 ans.
Lors de l’entretien avec un magistrat du parquet, l’avocate de la jeune femme a refusé la CRPC, procédure inspirée du droit anglo-saxon qui permet d’éviter un procès public en transigeant sur une peine, lorsque le suspect reconnaît sa responsabilité.

L’avocate a remis un dossier au magistrat attestant selon elle de la réalité de sa relation amoureuse avec M’Hamed Naïmi. Dans l’attente de son examen, le parquet va « surseoir à toute nouvelle poursuite », dit-on de source judiciaire.
Le dossier pourrait donc s’arrêter là concernant la jeune femme. M’Hamed Naïmi, arrêté chez l’oncle de celle-ci en mars, a été expulsé vers le Maroc le 2 avril.

DÉLIT DE SOLIDARITÉ ?
« Scandaleuse, cette criminalisation de l’amour est également illégale », estime l’association Amoureux au ban public dans un communiqué.
Le conjoint ou concubin d’un étranger en situation irrégulière ne peut être poursuivi, souligne-t-elle. Elle assure que ce cas n’est pas isolé et qu’une vingtaine de Français ont subi des poursuites judiciaires similaires depuis dix ans.
Le débat est vif depuis plusieurs semaines entre les associations et le ministre de l’Immigration.

Dans la Somme
Le préfet de la Somme veut renvoyer une personne hémiplégique dans sa famille en France depuis 9 ans ! Il n’aura pas besoin de la menotter au départ ! Aux dernières nouvelles la situation doit être régularisée. Encore l’humanitaire. Dans ce sarkositoire je donne un texte qui s’élève contre cette appellation « d’humanitaire » que se donnent à bon compte nos dirigeants quand il arrêtent seulement une procédure qu’ils n’étaient pas obligés d’engager !

Le ton monte entre Besson et la Cimade
Le premier a signé le décret confiant les missions jusqu’alors confiées à la seule CIMADE à 6 associations avant même le jugement à venir sur le recours déposé par la CIMADE. Ce qui montre le mépris d’Etat au fonctionnement de la justice.
Besson est le vaillant petit soldat de Sarko qui, comme le rappelle un sociologue cité sur une radio ce mardi, veut « séduire, réduire et salir » les gens qui sont en face de lui.

Aperçu de l’échange

Pas trop de monde aujourd’hui, mais un bel échange avec une Amiénoise originaire du Congo (photo).
Et nous avons droit encore à une photo grâce à la présence de Monique Obled qui a de nouveau immortalisé cet instant.
Mais cela ne veut pas dire qu’il en sera toujours ainsi !

P1260515.V3web

Les Textes proclamés

Voici donc les textes présentés à cette séance :

Besson l’éradicateur dans la jungle de Calais

Ouvrons des humanitoires pour nos dirigeants

Je rêve d’une Europe où y’a pas bon Gabon-Bongo

Le non visa de Jean-Louis Lokossou de Cotonou (Bénin) : encore un consulat de France qui, pour remplir ses quotas de refus, ne se souvient pas que la France a signé la déclaration universelle des droits de l’homme.

Le texte venant de Bamako prend place dans une rubrique ouverte au nom de l’Association des Maliens expulsés (L’AME). Il portait ce mardi sur La dénonciation du racket organisé par l’état français sur les acquis sociaux des sans papiers .

Depuis cette séance du 14 mai, Jean-Louis Lokossou (« Nouvelles du Bénin ») a adressé un courriel de remerciement à ceux qui l’on soutenu dans la question du refus du consulat de Cotonou à lui accorder un visa (consulat qui a maintenu son refus). Il a bien voulu que je reprenne l’essentiel de ce texte intitulé : C’est difficile de guérir de la surdité celui qui veut être sourd. Et qui prend place dans la rubrique « Po-éthique ».