Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Le non-visa Jean-Louis Lokossou de Cotonou (Bénin)

Pour quels quotas ces refus de visas qui planent-ils sur la tête des ressortissants Africains ?

J’évoque ici la question des refus de visas pour des artistes ou des chercheurs par les consulat de France à l’étranger. J’enrage contre ceci à partir d’un exemple concret qui concerne Jean Louis Lokossou citoyen béninois de Cotonou.

Il devait venir en France et se retrouve en rade, alors qu’il est invité par des structures culturelles françaises qui le prennent en charge sur notre territoire. Mais qu’est-ce que ce gouvernement qui instille dans la tête de tout son personnel que tout Africain qui souhaite venir en France ne pense qu’à une chose : y rester ! Quel vision du monde cela installe peu à peu. Et quel mépris pour toutes les structures culturelles françaises qui se démènent pour que les créateurs de tous les pays puissent venir chez nous et nous enrichir.

Je m’inquiète pour l’état de santé des personnels de nos consulats à force de ne penser l’autre en terme de méfiance de dédain de mépris de recherche de la faille permettant de refuser. Qui peut croire que cela ne sera pas sans conséquence sur l’image de la France dans ces pays ?

J’ai honte pour les Quoti Quota placés du haut en bas de l’échelle.

Avec tout cela un Béninois s’est d’abord retrouvé à l’hôpital de Cotonou.
Voilà le courriel qu’il a envoyé à son réseau de relation :

J’ai donné toutes mes énergies pour que ce voyage marche mais hélas, le consulat a refusé ma demande et ne veut même pas me donner les raisons du refus. La nouvelle m’a tellement abattu que je me tenais difficilement debout devant la dame du consulat. Le comble c’est que l’agence d’assurance refuse de me rembourser mes sous. Je me retrouve à présent en perfusion dans une clinique. Il parait que je suis tombé évanoui à l’agence. Je ne peux même plus recevoir des appels car mon portable est cassé quand je suis tombé. Je veux rentrer chez moi mais les infirmières disent que je suis faible et qu’elles vont me garder quelques jours.

Comment cela peut-il finir ? Je ne dis pas pour Jean-Louis Lokossou, mais pour la France ? Quel est l’intérêt pour notre pays d’accroître à ce point sa dose d’inhumanitarité ?

Est-il pensable qu’un jour la France cesse de dominer l’Afrique de toutes les manières possibles ?

Et ce n’est pas la protection acharnée des propriétés induement acquises des Bongo et Sassou Ngesso qui fera diversion !