Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Sarkositoire du 12 novembre 2008

Le contexte de ce sarkositoire

Il y a toujours du mépris qui s’exprime envers la personne humaine ces derniers temps.

Citons, au hasard de l’actualité :

La réunion des ministres européen sur les questions de migrations, à Vichy (j’y reviens dans un texte poème-pamphlet)

Un projet de charter franco-anglais pour expulser des Afghans vers leur pays ! En contrepartie un afghan reçoit le prix Goncourt, mais l’Etat n’y est pour rien. Atiq Rahmi (auteur de Syngué sabour, Pierre de patience) a d’ailleurs interpelé l’Etat à ce sujet ce mercredi matin 12 novembre.

Une famille chinoise arrêtée à Sené, agglomération de Vannes, dans le golfe du Morbihan et mise en rétention à Rennes avec un bébé de dix mois ! Cela se passe samedi dernier. Dès le lundi après midi, sur la forme le tribunal annule la décision de rétention et la famille peut ressortir libre (mais bien repérée).

Une actualité plutôt agréable mais il faut tout faire pour qu’elle ne soit pas récupérée sans impunité

Je veux parler de l’élection américaine. On nous laisse déjà entendre que mieux encore qu’Obama, serait notre président, qui a, comme chacun le sait, des origines hongroises. Il serait donc notre migrant en chef. Que de tels propos circulent déjà n’est pas lié au hasard (ils proviennent d’un entretien média de Carla Bruni) et cela risque bien de m’inspirer pour la prochaine fois. _ Quant à Obama lui-même, Le Pen a dit qu’il n’était pas Noir, pas dans la « tradition » noire en tout cas, puisque sa mère est blanche et son père habitait au Kenya. Il n’était donc pas concerné par cette « tradition » qu’il faut entendre au sens de l’esclavage, dans les propos de Le Pen.

Un enfant prometteur

Un enfant prometteur

Des occasions de se réjouir ?

La publication d’un « Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy », sousla direction d’Adama Ba Konaré, avec préface d’Elki M’Bokolo, et une postface de Catherine Clément, aux éditions de la Découverte. Adama KBa Konaré est l’épouse d’un ancien président du Mali. Elle est écrivain et professeur d’histoire.

L’extension des cercles de silence, puisqu’Amiens va se mettre dans le mouvement.
Le premier cercle se réunit le : vendredi 28 novembre de 18h à 19h, place René Goblet. Plusieurs mouvements militants et associtions s’associent pour la mise en place de ce rendez-vous mensuel. J’évoque les cercles de Silence dans l’un des textes de ce jour.

Le Festival du Film avec tous ces films qui nous donnent à voir et à penser le monde, le tout monde. Sur les questions qui nous préoccupent ici au Sarkositoire je salue notamment le Cheik Doukouré et son film Paris selon Moussa, dont une grande partie des séquences ont été tournées à Amiens, avec des habitants Amiens. Tourné à l’époque de l’occupation de l’église Saint Bernard, une grande partie du film se déroule dans l’église Saint Bernard, reconstituée à Amiens (il s’agit de l’église Saint Rémy, toute proche de notre rassemblement de ce soir, place Gambetta).

Nouveauté : un pupitre

Nouveauté : un pupitre

Les Textes

Mais il est temps de vous inviter à prendre connaissance des lectures de ce mercredi 12 novembre :

- Le délire d’octobre : poursuivre ceux qui sifflent la Marseillaise,

- Exigez la véritable terre d’asile dans toutes les bonnes jardineries,

- Putain ! Pétain ! (sur une certaine conférence internationale à Vichy),

- la lampe tempête, le silence et les CRS,