Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Haïti aller-retour

Haïti du retour et de l’aller, choisi choisi par nous

Je fais un aller-retour en Juin à Haiti
_ A l’aéroport de Pointe-à-Pitre, territoire français, où je fais escale à l’aller, je suis confronté à la présence de Haïtiens encadrés par deux militaires français qui renvoient chez eux des sans papiers.
_ Au retour, à Port-au-Prince, je croise une femme qui ramène en France pour adoption deux petits enfants Haïtiens adorables. Elle vient ici à peu près chaque mois pour faire ces transferts. C’est sa mission, dans le cadre d’une association humanitaire qui s’occupe des adoptions.
_ On accueille des petits Haïtiens en soupirant sur la malheureuse situation de leur pays qui contraint les parents à les faire adopter car ils ne peuvent plus subvenir à leurs besoins, et on renvoie justement les parents qui croyaient avoir trouvé une solution pour nourrir tout le monde.
_ Je songe à ce dessin du Canard Enchaîné publié en juillet 2008, où le Ministre Hortefeux tance Rama Yade qui vient d’être chargée d’un plan destiné à faciliter les adoptions, dont Haïti est un des grands pays pourvoyeurs. Il lui dit espérer qu’elle ne nous ramènera pas, sous forme d’enfants adoptés, ceux que lui-même a renvoyé avec leurs parents Sans-papiers.