Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Peut-on vivre sans amour ?

Peut-on vivre sans amour ? Et s’il s’est déclaré, peut-on l’arrêter ?

C’est à croire que le croit notre triste Etat

On ne compte plus les amoureux que l’Etat veut priver de leur liberté
Sous prétexte que l’un des d’eux est sans papier

Heureusement que je sais un CRS
revenu un jour de mission en Thaïlande
Avec une fiancée clandestine

Heureusement que je sais même une fille de ministre
Qui lui fit une surprise tout aussi délectable

Heureusement que je sais un président
Qui épousa une Italienne

Et pourtant ! Et malgré cela !
On ne compte plus les cas
Où l’on veut arrêter l’amour
Aux frontières de notre pays

Mais Roméo et Juliette
C’est toujours plus fort que tout
Pour s’aimer on ne demande pas d’abord
Les papiers
Les empreintes digitales
On ne prend que les empreintes
Marquées sur le corps de l’autre.

Et ce n’est pas en faisant des gardes à vue
Avec fouille au corps
Que nos valeureuses troupes
Empêcheront la vie de se développer.

Halte aux soudards
Halte aux bessonnades
Halte aux Heurte-bises

Le permis d’amour
Doit être ouvert toute l’année.

Quant aux enfants issus de ces amours
On avait la Défenseure des droits de l’enfant
Pour rappeler nos devoir à leur égard
Mais les ministricules de Sarkozy
Viennent de supprimer cette fonction début septembre
Alors que l’on fête dans le monde entier
Les 20 ans de la Charte Internationale des droits de l’enfant.
Mon identité nationale me force à hurler contre ces décisions
Si je me laissais aller mon identité nationale me ferait crier
Dehors dehors Besson Hortefeux Sarkozy Lefebvre et compagnie
Dehors les trop bons français pour être vrais
Je n’ai aucune identité à partager avec vous
Si vous ne vous amendez pas
Et ce n’est pas à vous entendre chanter la Marseillaise
Que je serais rassuré.