Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Qu'est-ce que c'est pour vous qu'être français ?

Et qu’est-ce qu’il faut savoir pour bénéficier de l’identité française ?
Je crois que c’est surtout à cela qu’on vous nous amener puisque  il y aura des choses à apprendre pour ceux qui veulent devenir français (avec encore une fois une « confusion » volontaire : étranger = des gens qui demandent la nationalité française)

N’oublions pas que le débat est porté par le Ministre des Charters. Ce qui énerve même certains de l’UMP .  J.F. Copé proclame que c’est aux élus de s’approprier ce débat qui ne doit donc pas être mené sous l’égide des Préfets. Il n’aura en effet échappé à personne que débattre de l’identité dans le bureau voisin de celui où l’on délivre les cartes de séjour n’est pas anodin.

J’avais déjà produit un texte durant le cycle Hortefeux sur ce grave sujet. Il me suffirait donc de reprendre ma liste faite alors. C’était au 19 février 2008 et cela s’appelait « Améliorer la connaissance de notre culture ». A retrouver ici sur le site :
[http://jean-foucault.fr/le-sarkositoire/ameliorer-la-connaissance-de-notre-culture/]
De mémoire on doit y retrouver des questions sur le président, sur la manière de faire la tarte à l’oignon ou de danser la bourrée Auvergnate (tient déjà l’Auvergne, avant la répartie de Haut Humour d’Hortefeux, HHH, voilà quelques semaines).
Si je comprends bien on va nous demander de retrouver nos fondamentaux, on va faire réciter à nos bambins la charmante ritournelle qui s’intitule la Marseillaise, on va aller répéter que ce n’est pas bien de la siffler et que c’est même répréhensible. Il ne m’étonnerait pas que quelques lois répressives suivent ce débat pour bien faire entrer dans les têtes ce que c’est qu’être français.

Si je visite le site ouvert sur la question ouvert par le triste laquet Besson, le Laval de notre temps, je ne vois pas grand chose à me mettre sous la dent. La dent du ministre est creuse, on s’en serait douté.

Pour moi être français c’est vivre avec des gens que j’aime bien. C’est supporter d’autres que j’aime moins. Et avec tout cela on essaie d’avancer. Certainement pas d’établir à l’instant T une carte d’identité. Pour moi une société et donc la « français » comme les autres », c’est un groupe d’hommes et de femmes qui habitent au même moment sur un territoire. Cela n’a rien d’immuable, et heureusement.

C’est certes défendre certaines valeurs mais celles là justement ne peuvent peut-être pas se trouver accolées avec la notion d’identité française telle que la conçoive nos dirigeants « monstrueux ».

Je me souviens que la Révolution française a adopté les droits de l’homme et non les droits des français. Que cela les avait amené à abolir l’esclavage. Et non pas à les rétablir, comme Napoléon le Ier, qui a créé dans la foulée le Code Civil. Les compulsifs du Code et de lois incessantes m’inquiètent toujours un peu.

Je me souviens que ma carte d’identité est loin de représenter ce que je suis. J’ai une identité familiale, régionale, locale, mondiale, interstellaire. On a même parail-il découvert mon génome. Mais comme Montaigne le disait, on est homme de plus en plus chaque jour :  « Sois ce que tu deviens ».

Alors mon identité dans un discours, dans un questionnaire, mon identité véritable n’est pas dans ma carte pourtant dite d’identité, et tout le monde le sait, car  il en est de même pour tout un monde.

Je vous souhaite longue vie dans vos identités remarquables. Et je n’ai pas besoin de récapituler mon identité nationale pour me défendre. « Même pas peur », contrairement à ceux qui nous gouvernent, qui sont morts de trouille pour leur richesses et ne se déplacent pas aux conférences internationales de la FAO où l’on parle des gamins qui meurent de faim dans le monde au rythme de un toutes les 6 secondes.

Votre identité messieurs les franchouillards qui croient nous gouverner,  j’aimerais vous la faire avaler !