Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Un étranger serait-il obligatoirement en demandeur de nationalité ?

ou : le président est-il faillible sur la question des étrangers ?

_ Comment se peut-il que dans l’entretien télévisé du 27 avril 2008 (cet entretien concocté sous les ors et les rouges majestueux de la République, avec costard cravate et sans montre Rolleix ostentatoire) notre Omiprésident ait confondu « travailleurs sans papiers » qui se battent pour la régularisation de leur emploi, et « demande de nationalité française » ?
_ Je suis étonné non seulement d’une telle confusion chez ce monsieur, mais encore qu’aucun journaliste n’ait réagi dans l’instant. Et qu’aucun journal du lendemain matin n’en ait parlé. Les commentaires ne sont venus que dans la matinée du vendredi.
_ Je n’attendais pas grand chose sur cette question de notre Président-déjà-un-an-et-déjà-si-débrouillard, mais ce qui m’interpelle c’est donc bien ce silence des gens de médias : étaient ils médusés par le président ? Sont-ils à ce point eux-mêmes dans la confusion des sentiments que dès qu’on parle « étranger » ils pensent inconsciemment à quelqu’un qui veut prendre notre belle nationalité ?
_ Que nos fantasmes nous trahissent !!
_ Je n’ai du reste pour ma part aucune crainte que quelqu’un ne « prenne » ma nationalité. J’en suis plutôt heureux. Il y a tellement de pays où il ne fait pas bon vivre !
_ Mais revenons, revenons, à notre Panurge : le président a fait une bien étrange confusion. J’en déduis que c’est un bien étrange président, qui nous mène en bateau. Avec qui est-il monté ? Qui tombera à l’eau ? Voilà toute la question.