Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Sarkositoire du 20 octobre 2009

 Le contexte du sarkositoire

 

A Milan , en Italie, on vient de mettre en place des camions chargés de faire la tournée des Sans-papiers qui trainent dans les rues afin de les emmener au commissariat toutes sirènes hurlantes. Certains les appellent déjà les « thoniers », ces bateaux qui entassent les thons pris dans les nasses des pêcheurs sans possibilité de se débattre.

Mais heureusement en France on peut saluer aujourd’hui l’inauguration d’un nouveau grand ministère qui a eu lieu le samedi 26 septembre : le Ministère de la Régularisation de tous les Sans-papiers. Il a été crée par occupation en juillet des travailleurs Sans-papiers qui venaient d’être évacués manu militari de la Bourse du Travail. Enfin un contre-ministère de la Honte ! Peu de presse en a parlé, très peu de radio, nulle télé.

Pendant ce temps notre ministricule Besson se rend dans l’Oise, dans un centre d’accueil d’enfants, pour se faire prendre en photo avec les enfants qui ont été ôtés de la célèbre jungle de Calais. La justice a su libérer quasi tous les adutes cueillis à Calais, mais pour protéger les enfants il faut les mettre sous clé.

Il me ferait presque pitié ce ministre qui n’a que quelques enfants pour satisfaire son appétit. Un bien maigre butin. Sur la photo diffusée par mon journal local il est bras croisés derrière les enfants. On dirait un ogre qui se retient d’attraper trop vite un môme. Il attend que les journalistes soient repartis. Il continue de proclamer à tout va qu’ainsi il cause du tort aux passeurs, qu’il veut surtout détruire les filières, en bref qu’il aime bien les Sans-papiers. Mais toutes les organisations d’assistance disent combien au contraire cette dispersion rend plus compliquée la lutte. Pourquoi n’exhibe-t-il pas les passeurs s’il veut leur faire du mal ?

Mardi 6 octobre on parlait d’un charter pour Kaboul dans lequel pourraient trouver place une dizaine d’Afghans. Besson en tour opérator ! A moins que Sarozy ne revienne sur cette décision, car c’est là que se trouve bien sûr  le véritable pouvoir, comme disait Stéphane Guillon dans sa charge du 13 octobre sur France inter.

Le plus important ce mois-ci pour notre réflexion c’est le rapport du PNUD qui vient d’être publié le lundi 5 octobre. Le PNUD est le Programme des nations Unies pour le développement. La presse intelligente en rendait compte dans la semaine du 5 au 12. Le Monde réalisait un entretien à ce sujet avec Catherine Withol de Wenden.

Je retiens les grandes lignes suivantes, déjà connues mais présentées ici avec toute l’autorité d’un tel organisme international, dans un état d’esprit en accord avec la recherche unanime à monter qu’il est temps de bousculer les idées reçues et de sortir de la honte de nos Hortefices et Bessonneries permanentes :

- il y a 5 fois plus de migrations des gens des pays riches que des gens de pays pauvres (on m’excusera pour aller vite de dire riche et pauvre et non pas en développement. On sait très bien que l’on maintient dans la pauvreté certains pays ayant par ailleurs d’énormes richesses)

- TOUTES les migrations profitent aux Etats, quels qu’ils soient, pays d’accueil comme pays de départ. Il n’y aucune preuve d’impacts négatifs de l’immigration sur l’économie, le marché du travail ou le budget. Alors pourquoi en octobre des travailleurs du bâtiment ou de la restauration se mettent à nouveau en grève pour réclamer leur carte de travail ?

- l’Europe terre de départ pendant des siècles a du mal à s’accepter terre d’arrivée. Aidons là à faire cette mutation.

- en matière de santé, d’environnement, les gouvernements écoutent l’avis des spécialistes. Les migrations sont le seul domaine où ils font l’inverse de ce que préconisent les experts !

Il faut donc lutter pour la reconnaissance du droit à la mobilité généralisée ! Et pas dans le sens entendu par nos tristes autorités.