Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Les français ne sont pas murs

  

C’était aux environs du 12 janvier.

J’entendais un débat sur le droit de vote aux élections locales pour les étrangers. Je ne sais plus comment ce débat était survenu, mais j’entendais, à droite, Jean-François Copé dire : « les français ne sont pas murs ».

Quand les français seront-ils murs ? Et d’où vient ce manque de mûrissement qui semblerait si flagrant ? Et comment y parvenir ? Ça c’est un mystère. On manque de diagnostic !

Que fait le gouvernement pour qu’ils mûrissent les Français ?

Le grand débat sur l’identité nationale fait-il parti des outils qui permettraient aux français de mûrir peu à peu et comme sans y penser  ? On n’est-ce pas une tentative de les faire régresser ?

Ah ! que j’aimerais pouvoir cueillir un champ de français (et de françaises) bien mûrs, bien aguerris, prêts à l’emploi, prêts à la paix, prêts à la fraternité.

Le mûrissement du Français ne me paraît pas si compliqué que cela ! C’est au contraire entretenir l’abêtissement qui me paraît un travail de longue haleine auquel s’emploient nos autorités avec heureusement un insuccès grandissant.

J’ai l’intention de mettre en place une vigilance orange à chaque fois que j’entendrai l’expression « les français ne sont pas mûrs ». Orange c’est une belle couleur pour parler du mûrissement !

Mais au fond je m’amuse tout comme vous quand j’entends « les français ne sont pas mûrs ». Je sais bien qu’il faut décrypter : « je n’ai pas du tout envie que les français acceptent cela et je me garderai bien de leur demander franchement ce qu’ils en pensent, de peur de perdre la face et mon mandat ».

 Et depuis que j’ai commencé à écrire ce texte la réponse est d’ailleurs venue, cinglante et péremptoire, grâce àun sondage diffusé par Le Parisien — qui n’est pas un journal révolutionnaire — : 55% des français toutes tendances confondues et de tous âges se disent prêt à accepter cela. Voilà qui permettra au gouvernement d’avancer !

Mais peut-être le gouvernement n’est-il pas mûr ? Oui c’est certainement de ce côté-là qu’il faut creuser la question.