Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Du Cameroun et du Dalai Lama, cet éminent Chinois

Il n’y a plus maintenant un seul colloque où je vais où l’on ne raconte pas l’histoire d’un collègue d’un pays africain qui n’a pas obtenu son visa à l’ambassade de France dans son pays. Et les collègues organisateurs en parlent de manière de plus en plus excédée. Ce qui est légitime.

La dernière invention consulaire a posé un problème dans un colloque où j’étais du 18 au 20 novembre. Le colloque subversif portait sur la pomme de terre.

Je m’inquiète de cette France qui ne permet pas le dialogue dans notre langue auquel les chercheurs ont pourtant fait le choix. Et là dans un pays comme le Cameroun qui a aussi une partie anglophone importante.

Mais enfin ils ne connaissent rien à la vie, à la circulation des hommes, des pensées, des rumeurs, ces abrutis qui nous dirigent ?

Je suis excédé de voir tous nos fonctionnaires occupés à traiter de tels problèmes, à chercher sans cesse, quel que soit le motif du voyage, les raisons que l’on va pouvoir trouver pour refuser le papier que la personne réclame.

En bref c’est louche de vouloir venir chez nous.

C’est la position de nos dirigeants qui me semble de plus en plus louche.

Où veulent-ils nous conduire de la sorte ?

Et notre président pitre se fait délivrer le titre de l’homme politique le plus courageux ! C’est lui même qui a du faire son éloge ! Bien fait. Bien fait mais funèbre ! Grande annonce ce jour là : il va rencontrer le dalai lama en Pologne. On ne peut faire plus simple. Et bien fait pour lui : la Chine continue à lui faire les gros yeux pour cela. Nos relations avec la Chine en seront entachées.

Dabel You Bush, Angela Merkel, Gordon Brown, tous le reçoive, mais pas notre président universel.

Et en plus on enfonce le clou avec la caricature vaudou qu’on a fait de lui !

Il y a des fois il ferait pitié celui-là ! En tout cas il est pitoyable dans sa volonté d’apparaître comme un défenseur des droits de l’homme alors qu’il n’est que pourfendeur de vent sur ce terrain là !