Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Go home

Hommes et femmes qui près de nous vivez : Go home

 

Dans la médiocrité de notre gouvernement de ploucs imbibé de racisme à la petite semaine je me demande ce qui est le pire… Pourquoi cette sombre hésitation ? Parce que je ne sais pas quel est le coup le plus tordu de ceux qui viennent d’être faits aux hommes et aux femmes.

 Côté femmes le président grand prince fait un geste en ce 8 mars 2010, pour la journée des femmes.

Il grâcie – en quelque sorte – une jeune fille marocaine, Najla Lhimer, que ses services ont expédié dare dare au pays (opération due à l’odieux préfet du Centre, siègeant à Orléans d’où il boute les étrangers hors de France).

Et que faisait-elle pour avoir droit à ce régime, la jeune Najla  ?

Elle venait porter plainte à la police car son frère la battait.

Ainsi donc entendez ce message :

Si ton frère te bats

Retourne voir tous les autres !

Cela me fait penser au proverbe peu reluisant qui dit

Bats ta femme dès le matin

Si tu ne sais pas pourquoi

Elle, elle le sait.

Quand je dis « plouc » pour notre prince je lui fais encore trop d’honneur. On lui donne le rôle du grâciateur, du grand grâciateur. Il tient les gens à sa discrétion et grâce à son bon vouloir les voilà bientôt de retour. Il grâcie le bon jour où cela peut se voir et lui donner un rôle honorable.

 J’espère qu’aucune femme pas plus qu’aucun homme n’aura été dupe de la manipulation et que par effet boomerang le grâciateur sera disgrâcié. C’est en tout cas ce que me laisse espérer les commentaires entendus et lus dans la presse le jour même.

Voyons côté HOMMES maintenant.

RTL nous apprend le  9 mars  que les étrangers qui ont servi la France dans la légion étrangère , se retrovuent, à la fin de leur contrat, sans identité française. Ils sont en aussi sans-papiers

 Mais qui est ce connard sous le régime duquel de telles inepties sont possibles ?

Je ne laisserai pas en paix le connard en chef, pas plus que je ne lâcherai les petits conardeaux et leurs bessonnades, flanqués de leurs sourire en coin du mauvais sens.

Dès le début de ces opérations contre les hommes et les femmes on pouvait proclamer « Sarkosi je te vois » Et la grâce présidentielle n’est que de la médiocre communication , de la vente promotionnelle du président.

« Un vrai émotif ce sarko » dit de lui, à propos de cette affaire, la dernière livraison du Canard enchainé !