Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Un préfet démissionnaire ne fait pas le printemps

(le préfet d’Orléans demande à être relevé de ses fonctions)

.

Hélas hélas dans notre république bananière ça fait du bien de voir qu’un préfet demande à être relevé de ses fonctions.

Mais un préfet ne fait pas le printemps. Surtout pas celui-là, connu pour son engagement presque fébrile à la cause du président et de ses bessonneries.

Ce préfet a tout fait pour être digne représentant de la Cour et voilà que Nicolas Ier lui-même le désavoue en faisant revenir en France la jeune Najlae. Ensuite le préfet se sent mal pour appliquer les dispositions qu’il est censé continuer d’appliquer.

Créer une cellule d’appui psychologique pour la préfectorale, ne serait-ce pas une bonne idée ?

Mais comment s’explique le comportement de ce Préfet ?

Très simple : les préfets se retrouvent souvent aujourd’hui au service d’un prince et de ses coteries plus, qu’au service de la République qui a ses règles. En situation normale les citoyens peuvent combattre  éventuellement certaines options politiques avec les armes de la démocratie. Et le Préfet jouer son rôle avec dignité. Chacun sa place.

Mais le service d’une coterie est extrêmement compliqué. Quand le Prince en décide, il peut changer du tout au tout une décision et il faut retourner sa veste. Il faut toujours être dans le sens du vent quand on a à faire à des caprices de Prince. S’il change d’avis tant pis ! Il fallait le sentir à temps. Cela faisait si joli dans la photo souvenir du 8 mars, la journée de la Femme, que le Président accorde sa grâce à la jeune marocaine !

Naguère un préfet fut muté d’autorité car dans une manifestation à Saint-Lo le Président a entendu des manifestants tenir des slogans contre lui. Le Préfet n’avait pas su rendre imperméable le mur du son. Résultat : aujourd’hui Sarkozy se déplace avec des centaines de policiers en tenue pour assurer la sécurité de ses cinq sens.

Il n’empêche ! J’aimerais que les préfets se mettent à rechigner pour des raisons humanitaires : Quel préfet s’élève aujourd’hui contre la nature même de ce qu’on lui fait faire ?

Pourtant, franchement, les yeux dans les yeux : Quel préfet croit appliquer une politique des droits de l’homme ?

Il proclame pourtant sans cesse que la France est le pays des droits de l’homme.

Pourtant, franchement, les yeux dans les yeux : Quel préfet a été enthousiaste à mener des débats sur l’identité nationale ?

Je n’oublie pas que du temps de Vichy seul un sous-préfet s’est clairement levé contre ce qui se passait.

Je n’oublie pas qu’à la fin de la guerre la police de Paris ne s’est soulevée tout au plus que dans les quinze derniers jours de la Libération.

Je n’oublie pas.

Allons, messieurs les Préfets, ce que vient de faire votre collègue montre que vous pouvez prendre des initiatives et ne pas seulement poursuivre ceux qui ont commis des délits de solidarité, comme  le fait votre collègue des Pyrénes Orientales.

M’ententez vous, Préfet du Rhône qui semblez avoir fait une affaire personnelle du retour au pays de l’Angolais Guilherme Hauka-Hazanga ?

Ah ! heureusement que le volcan Islandais s’est mis de notre côté et empêche pour quelques jours les avions de décoller et donc les retours en charter.