Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Ami entends-tu ?

Ami, est-ce du au bruit sourd des corbeaux sur la plaine ? En tout cas ce soir, en roulant sur l’autoroute qui me ramène à Amiens, je songe au sordide de notre gouvernement qui tente de renvoyer au pays des gens qui craignent pour leur vie.

Un Angolais de Lyon notamment

Un Erythréen déserteur car refusant de réaliser des missions immondes, et pourchassé pour sa religion (les rapports internationaux en démontrent l’intensité). S’enfuyant il parvint à traverser le Soudan, la Lybie puis l’Algérie, le Maroc).

Un Darfouri du Soudan

Un citoyen de RDC, pays qui ne protège guère ses citoyens ! Dont la femme a été violée, enlevée, avant d’être tuée.

Tous ceux là craignent précisément pour leur vie, pour leur vie d’aujourd’hui, même si le paradis de l’au-delà leur est dès lors acquis.

Tous ceux là très précisément dont au moins un dans ceux cités avait un statut de protection de l’ONU

Tous ceux-là dans les dernières semaines

Et pour ne citer que ceux dont le destin m’est parvenue. Car je ne parle que de ce qui est vrai et certifié. Oui tous ceux là et beaucoup d’autres. Comme aussi ces refoulés de Kaboul dont un récent reportage nous a montré le péril de leur vie.

Ils disent les Besson et autres destructeurs de destins, les Hortebêfauchton trafiquants notoires de l’humanitoire, ils disent quoi pour se justifier ? Ils disent qu’ils veulent donner un signal fort aux peuples d’Afrique de Romanigrobis et d’ailleurs.

Longtemps je croyais qu’ils voulaient envoyer un signal fort aux populations pour qu’elles renoncent à venir chez nous. Mais aujourd’hui j’ai compris le sens des propos : c’est un signal fort aux dictateurs que l’on peut résumer ainsi « Allez y, tuez, massacrez ceux qui vous gènent. N’ayez pas peur, s’ils s’échappent momentanément, la nasse se refermera sur eux car nous aurons les moyens de les refouler, qu’ils soient réfugiés statutaires ou non. Nous trouverons toujours une faille pouvant justifier les renvois.

Ami entends-tu le bruit sourd du coq Gaulois à Bruxelles, les éclats de voix de notre triste Prince d’Entourloupe et de Rodomontade monté sur ses ergots ?