Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

La petite ratte du Touquet

Elle avait réussi à sauter dans un grand panier, sans réfléchir, quand sa mère avait hurlé « sauve toi ! ». En se soulevant un peu dans le panier, elle avait vu les policiers emmener ses parents, son père frappé, le bras tordu en arrière, le regard fou. Et maintenant le grand camion s’ébranlait, l’emmenant dans ce grand panier brinquebalant. Elle était sonnée, se sentait si stupide de n’avoir pas suivi ses parents, de n’avoir pas tout tenté pour les aider. Elle n’était pas triste, juste assommée, perdue, qu’allait-il advenir d’elle ? Elle savait que certains arrivaient à s’échapper, à passer la frontière, mais elle était si jeune, si peu prête à s’occuper d’elle- même…

La population des Belles de Fontaine n’acceptait plus ceux de sa race, et beaucoup de voisins avaient disparu, on n’avait jamais plus entendu parlé d’eux et la petite avait, certains soirs, entendu depuis sa chambre, ses parents discuter d’un prochain départ. Hélas, ils avaient trop attendu, et les policiers étaient venus cette nuit enfoncer la porte.

Elle se nicha au fond du panier et regarda le ciel sombre sans étoile, tandis que le camion filait sur la route…

Annie Krim

Quelques mots sur l’auteure

J’ai reçu ce texte le 9 janvier 2009.
Je remercie Annie Krim pour ce cadeau.

Et voici ce que l’auteure a bien voulu me dire sur elle :
Je m’appelle Annie Krim, en retraite depuis peu (j’étais psychothérapeute auprès de jeunes personnes sourdes),
je m’occupe de l’association d’Ethnopsy et Pratiques Interculturelles,
par ailleurs j’interviens parfois à l’association Cardan qui lutte contre l’illetrisme, avec des enfants,
nous fabriquons des histoires, des petits livres,
voilà je fais des choses par ci par là, je rencontre des gens,
c’est passionnant !