Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

La pomme de terre en atelier d’écriture

Ateliers d’écritures autour de la pomme de terre

Approcher l’écriture de la pomme de terre

Plusieurs formes d’ateliers déjà pratiqués dans ce domaine, avec plusieurs entrées, et par exemple :

* « lettres ouvertes » au pomme de terre (avec réponse de la pomme de terre)

* « le slam des pommes de terre »

* recueil de proverbes, devinettes, expressions populaires autour de la pomme de terre

* création de proverbes et expressions menteur comme un arracheur de pomme de terre,…

* galerie de portraits (présence indispensable de la pomme de terre dont on dresse le portrait). On peut joindre portrait en écriture, portrait photographique ou plastique. Réaliser ainsi une exposition.

* recueil de légendes, mythes et contes et création de nouvelles

* poèmes sur la pomme de terre (après lecture de quelques textes de poètes du monde entier)

* les (fausses) recettes de cuisine autour de la patate (rappelons nous que Parmentier a convaincu la cour de Versailles de l’intérêt de la pomme de terre en organisant un repas uniquement à base de pomme de terre)

Modalités pratiques de mes interventions

* L’atelier d’écriture dure une journée à une journée et demie, ou s’étale de trois à cinq séquences de deux heures chacune, à quelques jours d’intervalle.

* Ouvert à tout public, enfants, jeunes, formation de formateurs. Il peut s’organiser en échange avec des créateurs d’autres disciplines donnant lieu par exemple à expositions de d’œuvres plastiques, photographies,…

* D’autres pistes de production de textes peuvent être envisagées, dans le but de créer un recueil, une série de textes susceptibles d’animer une soirée, une exposition,…

Extrait de la préface d’un recueil à venir, production d’un atelier réalisé au Rwanda en 2004 avec des poètes rwandais

Nous avons constaté combien le rapport aux objets, légumes et plantes, l’observation de la nature dans ses plus infimes frémissements, étaient occasion de se dire, de mettre au monde la nudité de soi et de la société.

Regard sur le monde, la poésie ne recule devant aucune perception qui permette à l’homme de dire ses multiples facettes et de s’éloigner du royaume des ombres.

Deux lettres extraites du recueil rwandais (à paraître 2008 si tout va bien)

Lettre à la pomme de terre

Ma chère, je ne sais d’où tu viens,

Mais tu as l’air de m’avoir reconnu.

Depuis que tu es là je te tourne et te

Retourne et tu me regardes d’un air bizarre

Inquisiteur moqueur, renfrogné.

Tes regards multiples me disent en silence

Que tu es de chez moi.

Tu n’as rien dit mais j’ai l’impression

Que tu as dit à ce monsieur qui t’a amenée

De te déposer chez moi, et chez moi seulement

Tu as donc fait le choix de me retrouver

Pour me donner un message de ta grand-mère

Qui t’a demandé de me rappeler les coins de chez nous,

La rivière Bahimba, le marais de Base,

la colline de Ruhabe, la paroisse de Rulindo.

Soit la bienvenue, tu es bien chez toi,

Et on ne te mangera pas,

Tu es ma sœur, ma chère

BUHIGIRO Jacques

Réponse de la pomme de terre

Kibuye, le 18/02 /04

Ma chère Pomme de Terre, bonjour !

Il y a quelques jours , je croyais que tu étais encore à GISENYI. Mais je t’ai soudainement aperçue au marché de BUTARE descendant d’un camion rouge, il y a une semaine. Débarqué à KIBUYE (c’est bien loin !) Je suis étonné de te voir animer cette conférence poétique ! Es–tu toi aussi poète ? J’y crois, car tu as l’âge de mon grand-père né, lui aussi, en 1903. Tu es délicieuse …plutôt sage.

Je t’embrasse !

ALEXIS