Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Les noms de la pomme de terre en République Tchèque

Voici quelques 35 noms régionaux des pommes de terre en tchèque.

par Ludek Janda

P1160165PDTLudek_o_V3webLes noms et leur histoire

Bandúrek, bandor, bobal, brambola, brambory, budka, erteple, grumbír, grúl, grumbolec, jablíčko, jablko, jablouška, jablóška, kartofel, kobzal, kobzol, kobzola, kobzole, krumpel, krumpír, krumple, krumpolec, krompach, san(ta)burák, santák, švábka, šupák, zemčátko, zemník, zemňák, zemák, zemlják, zemče, zemia.
Mme Úlehlová-Tilschová explique ainsi, dans son Histoire du repas traditionnel tchèque (1947), cette richesse de dénominations :
« Même si cela ne fait que 200 ans que les pommes de terre sont cultivés chez nous, elles se sont repandues si vite parmi le peuple qui les a acceptées, que chaque région les a baptisées par son propre expression ».
Pour comprendre les origines de chaque dénomination il faut suivre les routes par lesquelles les pommes de terres sont venues aux pays tchèques (Bohême, Moravie, Silésie).
Tout d’abord au 17e siècle ce fut à travers Vienne, alors capitale et ville la plus proche de la Moravie. C’est pourquoi dans certaines régions on les appelle « erteple » ce qui est la trascription de l’Erdäpfeln autrichien (mot a mot « pommes de terre » en allemand).
D’autres régions adoptent les calques de ce nom – « zemáky » (terriens), « jablóška » (petites pommes de terres).
Dans les années 1771-1772 sous le règne de Marie Thérèse on a importé une grande quantité des pommes de terre du Brandebourg (pays allemand, Branibory en tcheque). C’est alors que le nom de cette région s’est généralisé comme désignation des pommes de terres (Branibory -> brambory). Le mot « brambory » est des lors le nom le plus répandu et aujourd’hui le seul correct pour désigner les pommes de terre en tchèque.
L’influence de la langue allemande se fait sentir aussi dans les expresions grumbír, grumbolec, krumpel, krumpír, krumple et krumpolec. Toutes proviennent du mot régional allemand Grundbirde qui littérallemant signifie « la poire de terre », donc pas la pomme ! Les origines des mots kobzol, kobzole ou kobzaly restent un mystère. Elles proviennent de la région de Lašsko, au Nord-Est de la Moravie. Soit il s’agit du nom du premier cultivateur soit ce mot a été importé au 16° siècle par les Valaques venus de l’Est, probablement de la Slovaquie actuelle et de l’Ukraine.

P1160178PDTLudek_o_web_ La région typique de la culture des pommes de terres est la Českomoravská vrchovina (Les Hauteurs bohêmiennes-moraves). Une région pauvre à la frontière entre Bohême et Moravie. Dans les collines les hivers sont féroces et le vent très fort.
Le mot qu’on utilise là le semble le plus chaleureux : « jablóška », les petites pommes de terres. Les habitants des Hautes Terres connaissent d’ailleurs des recettes originales à base despommes de terre.

_ Les pommes de terres sont devenues aussi la source de chansons populaires.

_ En voici un extrait :
_ Horo, horo bramborová,
(Montagne, montagne de pommes de terres !)
má panenka není oma,
(Ma bien-aimée n’est pas chez elle)
není doma, je na poli,
(Elle n’est pas chez elle, elle est dans les champs)
vykopává tam brambory
(ou elle récolte les pommes de terres)

brambory 3 avec peluche

brambory 3 avec peluche

Photos

_ Photos de pommes de terre tchèques – les brambory -, cultivées par Ludek Janda dans son jardin en Moravie, et rapportées en Picardie (France) pendant l’été 2008.

Sources :

_ Úlehlová-Tilschová, M. Česká strava lidová, Družstevní práce, Praha, 1945.
Dadalova kuchařka.
Sur internet :
http://dadala.hyperlinx.cz/bram/bramr0001.html
(consulté le 10 septembre 2008)