Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Pef et les pommes de terre

En 1989 PEF, auteur-illustrateur, publiait dans Farces et Attrapoèmes (éditions Gallimard) un poème sur les patates, composé à partir des noms des pommes de terre figurant sur une liste dans un dictionnaire du début du XXe siècle.
Cette liste accompagnait le dessin des silhouettes des pommes de terre, et figurait dans un page numérotée « 1387-Agriculture » du dictionnaire de l’époque, telle que reproduite dans Attrapoèmes.
Cette page était confectionnée nous dit-on à partir de documents obligeamment communiqués par la Maisoon Vilmoin-Andrieux et Cie, (Paris).
Le poème de Pef exprime le plaisir verbal qe l’on éprouve à jouer avec les noms des patates. _ Un jeu d’écriture que je vous invite aussi à tenter. Les noms des variantes de pommes de terre n’ont pas cessé de s’étendre depuis un siècle !
Mais place à ce poème sur lequel mon attention a été attirée par son auteur, qui a bien voulu que je le reproduise sur ce site. Le recueil est actuellement épuisé, et même dans les brocantes il semble introuvable
Amusez-vous à retrouver les noms des variétés cachées dans ce texte qui figure aux pages 26-27 d’ Attrapoèmes.


_ En cette fin de Siècle sous l’étoile du Nord,
le beau Victor Great Seat d’Eraly Rose
et Déodora, géante bleu d’Esterlinger,
causaient Saucisse et Industrie.
_ (Et patata et patati…)
_ les belles de Juillet
encore Rouges du Soissonnais
et des Merveilles d’Amérique
_ venaient par quarantaines de la Halle et du Loiret,
_ (Et patati et patate…)
_ Toutes dansaient aux portes de Kerr’s Punh
pour les beaux yeux
de pommes d’air,
elles qui n’éaient que pommes e erre
aux noms énigmatiques de héros !
_ (Et patati, patate à l’eau…)

Lors d’une intervention à Saint-Quentin-en-Yvelines le jeudi 3 avril 2008, Pef ouvre la double page d’Attrapoèmes consacrée à la pomme de terre et la commente :

P1090249Pef_PDTAttrapoV3w