Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Trilogie poétique autour d’une peau de pomme de terre

Mes tribulations avec une pomme de terre

Mes relations avec la pomme de terre viennent de loin, comme pour tout un chacun, puisque nous avons tous les pieds surs terre et que nous ressentons ce qui vit en dessous quand nous sommes au mieux de notre forme. Pendant cinq ans j’ai noué une relation particulière avec UNE pomme de terre. Elle a vieilli sous mes yeux. Et de sa peau sont nés ces portraits. Depuis lors je n’ai de cesse de parcourir les textes des autres poètes, développant peu à peu ce qui constitue un modeste éloge à la pomme de terre : rencontre-débat, lecture en salle de textes de poètes du monde entier, pérégrination dans les rues en donnant des textes sur la pomme de terre, irruption-lecture dans des commerces (cafés, librairies, boulangeries, marchandes de légumes et autres). C’est avec les éléments de notre quotidien que l’on bâtit un solide univers intérieur.
Plusieurs critiques ont déjà rendu compte de ces 3 ouvrages (Claude Vercey, Alain Boudet, Patrick Joquel, Gilbert Desmée). Le texte le plus accessible est sans doute celui de Gilbert Desmée, sur le site d’« Encres vagabondes » :
http://www.encres-vagabondes.com/
Cliquer sur « Poésie » puis dans cette page suivre la liste alphabétique des auteurs et livres traités.

Photo de couverture Jean-Louis Gonterre

Photo de couverture Jean-Louis Gonterre

Charlotte, Mona Lisa et les autres (galerie de portraits)

Extrait de la préface de Claude Vercey

(.…) il convient de s’attacher au peu, à l’enfoui, au refoulé et au déchet, aux laissés-pour-compte, hommes et objets vaincus et humiliés. Dès lors, proclamer la dignité de cette inconnue, de cette étrangère, paraît un geste poétiquement des mieux justifiés, pour lequel nous saluons Jean Foucault et le suivrons dans les méandres de ses méditations, de ses images intérieures issues d’une fréquentation assidue de cette pomme de terre laquelle, dit le poète, me met en désir de la langue.

Jean-Louis Gonterre : photographe

Le recueil est illustré par des photos de Jean-Louis Gonterre, grand photographe, spécialiste de la pomme de terre depuis de nombreuses annés lui aussi. Il a réalisé en 2008 une exposition inaugurée à Cuzco, sur la récole des papas en Bolive, au Pérou et en Equateur, réalisée à la demande de l’Institut International de la « papa », à Lima. Exposition qui est allé ensuite au château de Trévarez (Finistère), jusque début novembre 2008. De son travail Jean-Louis Gouterre dit :
Aujourd’hui je peux constater que toutes mes recherches ont un lien : montrer la richesse de nos différences, montrer l’extraordinaire dans un quotidien ordinaire, sortir de l’anecdote pour atteindre l’universel, l’intemporel ; sans aucun souci de plaire, de me ranger dans une école ; enlever tout superficiel, pour atteindre une certaine pureté, une certaine authenticité. Donner à voir, donner à réfléchir.

P1090220V8bisgeoPDTCouv

La pomme de terre géographe

La pomme de terre nous fait voyager dans l’espace, comme le prouvent nos rêveries et les photos qui surprennent la fleur de peau de nos patates si nous leurs laissons le temps de creuser leurs sillons.

Voici donc une contribution des sciences géographes mais aussi des recherches d’astrophysique patatoïque. La pomme de terre est une véritable planète qui gravite au cœur de notre vie quotidienne.

Extrait de la préface d’Alain Boudet

(La pomme de terre est ) une fenêtre ouverte sur le monde. D’ailleurs, pour qui sait la regarder encore, elle est le monde même : souvent mal foutue, toujours surprenante, jamais à court d’invitation pour des parcours topographiques renouvelés et inattendus. Lisons sa peau comme on déchiffrerait une carte. Promenons-y notre doigt comme on chercherait un endroit de rêve sur une mappemonde. Explorons la patatosphère à la rencontre des peuples.
(…) Elle a, comme le poète, un univers au fond des yeux.

P1090232V43PDTZoocouv

Zoopatatologie

La zoopatatologie est l’analyse poétique des esprits animaux de la pomme de terre, telle que révélée par sa peau et ses formes. On y découvre chaque jour de nouveaux monstres, de nouveaux insectes (domaine analysé par l’entomopatatologie), etc. Les scientifiques les plus conséquents parlent aujourd’hui de la patatodiversité, indispensable à l’équilibre de notre planète. J’apporte ici une modeste contribution à cette vaste science. Brigitte Dusserre Bresson qui a établi la préface, a édité en 2007 un livre d’artiste avec gravures originales à partir de certains de ces textes consacrés aux insectes, sous le titre : 6 jours d’entomopatatologie.*

Extrait de la préface de Brigitte Dusserre Bresson

Là cela grouille, cela s’agite, philosophe, vit et réagit. Cela, ce microcosme tout entier contenu dans la forme patatoïdale palpite au gré du temps, de ses humeurs, sans gêne aucune et s’inscrit sous la plume du poète observateur et bienveillant, en pensées animales. « Un Moi-animal en chair de pensée » dit-il. Existence zoologique à fleur de peau de pomme de terre. Le règne animal s’inscrit, se bâtit, reprenant l’histoire depuis le début, du quadrupède au lépidoptère, du lapin à l’autruche.

Pour commander ces livres
_ Prendre contact avec les éditions Corps Puce
27 rue d’Antibes – 80090 Amiens. (prix entre 8 et 11 €, plus frais de port)
courriel ici : cliquer