Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Enchaînés (paroles et musique Toma Sidibé)

Toma Sidibé

_ Toma Sidibé est chanteur. Rencontré à Amiens lors de la journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage, il a chanté Enchaîné et a accepté bien volontiers que j’en mette le texte en ligne dans le Sarkositoire. Qu’il en soit remercié.
Pour prendre plus largement connaissance de son travail je vous invite à vous rendre sur son site :http://www.tomasidibe.net/
« Musique du monde, musique franco-malienne, world music, chanson métissée…je ne sais pas trop comment nommer ma musique, mais ce dont je suis sûr c’est qu’elle est faite avec cœur et amour, qu’elle est faite pour être partagée et pour valoriser des cultures qui m’ont tant apportées. »

Quelques données bibliographiques (sur son site)

Voyageur, amoureux de l’Afrique, le musicien a adopté le Mali comme terre d’inspiration.
Toma Sidibé naît en Côte d’Ivoire et grandit à Amiens en Picardie, où il commence l’apprentissage de la musique par la batterie à l’âge de onze ans.
Après diverses expériences musicales, il retourne en Afrique de l’ouest à 17 ans et sent intensément qu’il est de retour à la maison.
Le Mali devient son pays d’adoption, il y apprend le djémbé, instrument qui mène la danse dans toute les fêtes traditionnelles et le bamanan (bambara) une des langues nationales.

Enchainés

REFRAIN

_ Il y a 400 ans partis pour l’Amérique enchaînés
Esclavage !
Aujourd’hui vingt et unième siècle expulsés mains menottées
Fout l’camp sans papiers !
_ L’Afrique a perdu ses hommes et femmes partis enchaînés
énorme blessure, plaie ouverte dignité bafouée
mais le vingt et unième siècle n’apporte rien de bon toujours les mêmes chaînes
mais cette fois c’est le retour de force au bled
toujours les mêmes haines les mêmes peines !
_ Kunun kunun u mako t’un b’an na nka bi u b’an guèn ( x2)
(traduction : hier ils avaient besoin de nous et aujourd’hui ils nous chassent)

REFRAIN

Couplet avec traduction en seconde ligne
_ N’ko Sidibékè nana aw fè
Sidibé est venu vers vous
Sidibékè bè fènw nyèfò i yè
Pour expliquer quelque chose :
Nko farafinala nè bè na san o san
En Afrique j’y vais tout les ans
N’bè boli n’bè don avion kònò nè bè pan
Je cours, je prends l’avion et m’envole
Jamanadènw b’a fò i bèora i ka so
En arrivant les habitants me disent :
I sèra Mali la sisan i sèra i ka so
« Tu as quitté ta maison maintenant que tu es au Mali tu es arrivé dans ta maison »
Nka n’i yèrè b’a fè ka taa tubabu jamana la U b’i k’i nyininka, k’i nyininka
Mais si toi tu veux aller au pays des blancs, c’est pas la même histoire :
K’i sègèsègè k’i bagabaga
on te questionne, on te harcèle,
k’i bagabaga K’i sègèsègè _ on te harcèle on te questionne,
Ka manamanakan dè f’i yè !!!!
On te raconte n’importe quoi !!!!

REFRAIN

_ Babilone fitiriwalé, tubabu kalabanci !
Occident tu nous trahi, blancs vous mentez !
Je m’en vais chez moi je vous dit que je m’en vais chez moi
Ni n’tun ya don, Ni n’tun ya don…
Si j’avais su, si j’avais su…