Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Le désir d’écrire

« L’écriture, enjeu de notre rapport au monde »

Cette conférence-débat (formule souple à mettre au point avec la structure d’accueil) a pour but d’engager un échange sur l’importance du rôle de l’écriture dans la vie de chacun. Il s’adresse par exemple à un réseau-ville autour des acteurs de « l’accompagnement à la scolarité » mais peut être orienté vers d’autres perspectives pour des publics variés (illettrisme, formation adultes, bibliothécaires…), comme pour les enseignants (interventions en IUFM,…) ou les enseignants.

L’écriture, en effet, nous concerne tous, non seulement dans la vie sociale en général (les papiers administratifs à remplir par exemple) et nos rapports interpersonnels (échanges avec la famille, …), mais pour satisfaire à nos propres besoins d’expression. « Violence » et « paroles » ont souvent plus de relations qu’on ne l’imagine : quand on ne peut s’exprimer, on frappe.

Afin d’amorcer ce débat nous empruntons plusieurs chemins convergents :

  • Le rapport vivant à la langue passe nécessairement par le rapport à la langue maternelle. Dans L’avenir des langues montre bien cette importance : il ne suffit pas d’apprendre une langue d’usage et des langues techniques. La langue est condition de notre rapport au monde, condition du développement de la pensée. Le rapport au langage est ainsi indispensable au développement de notre vie intérieure.
  • La « langue » est à la fois oralité et écriture. La manière de poser les rapports entre ces deux éléments de la parole vivante, est fondamentale à la bonne compréhension de la question du désir d’écriture.
  • Ce que nous apporte le contact avec la création Personne ne peut rester dans un rapport de textes « obligatoires » avec sa langue. Dans le rapport à la langue ce n’est pas seulement la « réussite scolaire » mais tout simplement la réussite de sa vie qui est en jeu.

Le contact avec les créateurs — notamment avec les écrivains, mais nous incluons aussi bien les autres, dont notamment les créateurs d’images, tant la relation image-texte est importante — nous rappelle que l’homme n’est pas seulement un être rationnel. On a rêvé que l’on volait avant de construire les avions… on a rêvé de Titan avant de pouvoir envoyer une sonde dans l’espace pour nous en rapporter des images.

  • Perspectives pratiques Une fois cette perspective fondamentale mise en place nous savons qu’un autre accompagnement de l’enfant et du jeune dans le travail d’écriture est possible. Nous sommes mieux à même de réfléchir ensemble à des projets susceptibles de soutenir l’action des adultes engagés dans ces démarches d’écriture avec les jeunes.

Quelques propositions complémentaires

Nous pouvons faire suivre cette intervention par :

  • modules de formation pour les personnes animant ou potentiellement susceptibles d’animer des ateliers.
  • accompagnement d’équipes dans leurs pratiques (interventions ponctuelles, échanges par courriel,…)