Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Textes collectifs du 9 octobre 2012


Présentation de la démarche

Les textes qui suivent sont réalisés chacun par 4 personnes :
- la première écrit la phrase du milieu
- la seconde poursuit avec la première phrase
- la troisième écrit la phrase en dessous de la première qui devient ainsi celle du milieu
- la dernière met le titre. C’est son prénom que nous avons indiqué, mais chaque texte est donc à attribuer à 4 stagiaires.

Les vertus d’une telle productions sont intéressantes à relever et notamment :
- on se frotte à l’imaginaire de l’autre puisqu’on écrit sur ce qu’il a produit.
- Celui qui met le titre voit bien l’importance de ce rôle : par le titre il explicite une unité de la série.
- Entre chaque phrase ainsi produite on pourrait en insérer une autre. Ainsi en est-il de tout texte littéraire : il y a des blancs dans le récit… et chacun lecteur d’ailleurs produit les images qui lui manquent pour que le récit s’adapte à son monde intérieur.
- Sachant qu’il en est toujours ainsi, on peut d’autant plus savourer la lecture et prendre conscience des choix
auxquels l’auteur nous entraîne par son texte.
- on participe concrètement à l’élaboration d’un texte en comprenant qu’il n’est pas réalisé de manière linéaire : le début ne vient que rarement en premier (le titre notamment est mis à la fin) et pendant un processus créatif il peut y avoir de nombreux bouleversements.

Il serait intéressant que durant les études littéraires on pratique de telles approches pour que les étudiants aient une approche directe vivante à la langue littéraire…

Mais laissons place aux textes produit ce jour là.

==============================================

Il faut y retourner !

J’ai oublié mon devoir et la prof est fâchée.

(Je viens de l’école)

Une semaine très difficile !

(Lúcia)

Des ombres

C’était le mois de décembre.

Elle est malade et il ne peut rien faire.

Maintenant au mois de décembre elle étai moins malade

(Roberto)

Sablier

La vie passe vite, comme un rat dans la salle.

Le matin passe vite.

Je l’évite, mais le temps insiste.

(Sandra Moreira)


Mes souvenirs de la mer

J’ai décidé de bien manger.

Je mange du poisson ce midi.

Manger du poisson produit des effets sentimentaux sur mon quotidien : la partie de pêche avec mon père, la poêle qui résonne dans la cuisine.

(Nancy)

Troublée

Je me sens un peu perdue

J’aimerais que quelqu’un me prenne par la main.

Je me sens seule

(Eloise Moletta)


La Turbulence

J’avais la vive impression que le rythme des averses allait déterminer la cadence de ma vie.

Aujourd’hui il fait beau, mais bientôt il pleuvra.

Je suis un peu au ralenti, je me repose, je lis, je réfléchis…

(Dorian Christiane Gomes)

_______________________