Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Ecriture créative : TD à l'université Picardie Jules-Verne, IUT de l'Oise, site de Creil 2009-2010

Présentation de l’atelier d’écriture créative

Ce T.D. est réalisé dans le cadre de la Formation Technique de Communication de l’IUT de l’Oise, site de Creil (université Picardie-Jules-Verne)

Le T.D. se déroule sur 10 séances, de septembre 2009 à janvier 2010.

Argumentaire

Nous avons tous un rapport vivant à la langue car nous avons besoin d’elle non seulement pour communiquer les données sociales de la vie quotidienne, mais pour exprimer nos sentiments, faire partager nos émotions. La société ne nous habitue guère à porter attention à cela et à gérer nos pratiques créatives.

Approcher le rapport créatif à la langue comme nous le ferons dans ce module c’est donc prendre conscience de nos capacités, en essayer différentes formes, et surtout peut-être prendre au sérieux pour soi-même l’usage de la parole.

Dans une formation portant sur les Techniques de communication il nous semble d’autant plus pertinent d’avoir cet échange autour de l’écriture créative : être bien dans sa langue comme être bien dans sa peau sont des éléments indispensables pour avoir une bonne communication.

Le module est fondé sur la pratique effective de l’écriture, et non sur une approche théorique. La réflexion doit accompagner l’acte même d’écrire et non l’inverse.

Nous souhaitons donc parvenir à ce que les étudiants se détachent de certaines habitudes face à l’écrit, amenant par exemple aux réactions-réflexions suivantes :

  • ça sert à quoi ?
  •  j’ai rien à dire
  •  je veux bien écrire mais pas dire devant les autres

C’est dans les modalités de ce rapport vivant à la langue que se situent les véritables difficultés de l’écriture créative, de la pratique du français « langue vivante », plus que dans les craintes de maltraitance de l’écriture : s’il y a erreur dans l’écriture, il est toujours temps de se corriger avant diffusion. Et ce rapport vivant est à prendre d’abord dans l’intimité : ce sont les mots de l’oralité intime qui viennent en premier, l’oralité silencieuse. Parler, écrire, cela procède alors du même mouvement de libération de ce qu’on porte en soi.

Pour concrétiser tout ce mouvement nous proposons différentes modalités d’écriture, motivations à prendre plume ou ordinateur, et cherchons à ce que cela puisse aboutir à des présentations adaptées au contexte de notre travail.

Dans cette rubrique nous gardons trace des productions réalisées. Dans cette page nous rappellerons l’activité menée à chaque séance. Sont ensuite ouvertes :

  •  une page par étudiant (identifié par le prénom seul)

S’agissant de travaux en cours, cette page comprend les textes des étudiants et parfois mes commentaires sur la production. Au fur et à mesure que ces commentaires donnent lieu à modification du texte, texte et commentaire évoluent, le commentaire pouvant disparaître.

  •  éventuellement une page par projet mis en œuvre de manière collective.
  • des pages de réflexion plus théoriques qui auront pu naître des pratiques proposées ou sur des données portant sur les enjeux de cette démarche, en fonction des débats ou questionnements évoqués lors des T.D.

Pendant ce cycle interviendrons :

  • Christian Peythieux pour préciser les techniques d’oralité sur les textes qui auront été choisis.
  • Sylviane Leonetti, directrice de la médiathèque de Creil

 

Déroulement

Mardi 22 septembre

Deux propositions d’écriture :

1) « Je me souviens » et écriture d’une de ces traces sur la base de 30 mots.Les « 30 mots » sont un clin d’oeil à « twitter », service de microblogging, permettant aux utilisateurs de bloguer grâce à des messages courts (140 caractères maximum, soit une ou deux phrases). 30 mots c’est à peu près ce qui correspond à 140… J’aurais pu aller jusqu’à « 33 » et proposer « dites 33 » comme les toubib !
On a parlé de « twitter » voilà quelques mois en lien avec la situation iranienne autour des élections : les messages ont circulé très vite permettant d’aller plus vite que les infos des médias officiels. Ici la concision imposée forme une consigne créatrice : dire en quelque mot ce qu’on veut exprimer force à trouver formule et contournements éventuels, à laisser de côté ce qui est accessoire. Il me semble aussi que cela peut être intéressant dans des contextes professionnels : un journaliste auquel on donne un espace de 500 signes, ne doit pas le dépasser. Si le principe de Twitter est de relater ce qu’on fait au moment où on le fait, il s’agit ici de trouver une forme rapide d’expression. Mais à la différence de twitter on peut retravailler le texte à l’intérieur des 30 mots, jusqu’à ce qu’apparaisse une forme qui nous satisfasse.

2) “Choisir un mot ou une expression que vous pensez que je ne connaisse pas et que vous aimez ou en tout cas utilisez.
Vous en donnez alors la définition et l’étymologie, vous le mettez dans une phrase pour en faire comprendre l’usage dans votre quartier, votre famille, …

Mardi 29 septembre

Présentation du livre de Raymond Queneau : Exercices de style (dans la version avec illustrations de Gallimard, édition anniversaire).
Puis proposition oralité-écriture sur ce mode d’ « Exercices de style » :
Première étape. Chacun donne une phrase pour constituer un récit. Chacun note le texte. On a ici réalisé trois textes de bases, pour ne pas avoir des histoires trop longues.
Deuxième étape : chacun avec ses mots, son vocabulaire, son choix d’un point de vue, réécrit librement l’histoire.
Ici les textes réalisés en commun par oral.
Les textes produits par les étudiants figurent sur leurs pages personnelles.

Phrase communes en TC1

(1)
Gabriel a une voiture verte qui est supermoche. Et pourtant de belles filles sont montrées dedans. N’importe quoi ! Ça prouve que certaines filles n’ont rien dans leur tête. Elles montent peut-être dans la voiture juste pour Gabriel. C’est un chômeur qui traîne dans toutes les rues avec sa bagnole. Sa voiture est peut-être écologique ? Mais quand elle démarre une grosse fumée noire arrive. Elle finira sans doute à la casse.

(2)
J’ai rien dans la tête. Je ne pense pas être bête. Qu’est ce qu’il m’arrive alors ? Suis-je fatigué ? J’aimerais repartir en vacances. Mais les examens m’en empêchent. Le Maroc avec ses plages c’est une belle destination. Mais je n’y suis jamais allée. Je n’y peux rien. Ainsi va la vie !

(3)
J’ai envie de rentrer chez moi.
« Tu as ton monospace aujourd’hui ?
Non mais arrête c’est pas un monospace, c’est juste un pique-nique.
Qu’importe je veux juste rentrer.
D’ailleurs il est temps. Qu’elle heure est-il ?
Il est l’heure de rentrer !
J’ai envie de me reposer
Je préfère écouter Ryana
Mais il est l’heure d’aller à l’université pour étudier.

Phrases communes en TC2

(1)
Ah putain ! J’ai envie de faire pipi. Moi aussi je crois que je vais y aller. Mais je peux pas parce que j’ai cours.

(2)
Ah ! Il fait beau aujourd’hui, je crois que je vais quitter les cours. Je pense que je vais manger un grec. Je commence a avoir trop faim. Ah mais c’est quand le maghreb ? Je suis l’homme de la situation, je te ferai des samoussas et des nems.
N’abuse pas tu vas m‘faire exploser

(3)
Que fais-je à l’IUT ? Je suis venue pour discuter. Mais j’ai d’autres chats à fouetter. Le temps passe et je ne sais que faire. Je vais songer à mes projets d’avenir et ensuite je vais aller dormir. Sans oublier d’aller aux toilettes.
Excusez-moi.

6 octobre

Ecriture autour de la question de l’engagement.

Prendre la plume pour défendre une cause.

Lecture préalable de quelques textes : l’une de mes productions concernant la question des Sans-Papiers,textes produits lors d’ateliers d’écriture à la bibliothèque de Creil et  textes de Maram al-Masri,  extraits du recueil Les Ames aux pieds nus, recueil composé de portraits de femmes victimes de violences (éditions le temps des cerises, 2009).  aram al-Masri sera à Creil mi-novembre, dans le cadre du salon du livre, dont le thème est cette année : FEMMES.

13 octobre

Que serais je dans 30 ans ? Dans 40 ans ?

Il est proposé une écriture qui se situe à cette échéance. On peut prendre l’approche que l’on veut, dans la mesure où l’on prend seulement soin de clarifier ce point : lettre à une amie, lettre aux petits enfants, autobiographie,…

3 Novembre

Contact avec l’exposition présentée dans la salle  d »exposition de l’IUT

10 Novembre

24 Novembre

(pas de séance le 17)

Intervention de Christian Peythieux pour le travail sur les textes qui seront lus à voix haute lors d’une séance de fin de session.

8 Décembre

Intervention de Sylviane Leonetti, directrice de la bibliothèque de Creil.

(pas de séance le 1er)

15 décembre

2ème intervention de Christian Peythieux

5 Janvier 2010

Séance publique avec :

  •  présentation du livre réalisé lors de l’année universitaire précédente (T’es qui toi ?) Chaque étudiant recevra un exemplaire du recueil (qui reprend une sélection des textes produits, non leur totalité).
  • lecture à voix haute de la sélection 2009-2010