Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Chaimae (TD1)

Séance du 22 septembre 2009

Je me souviens

Je me souviens de la chaleur de cet été
Je me souviens de la première fois que je suis tombée de vélo
Je me souviens d’Ousmane qui a chanté tout seul pendant une heure en voiture
Je me souviens du dernier pot et glace que j’ai mangé
Je me souviens de la première fois que j’ai vu les télétobbies à la télé.
Je me souviens des vidéos que j’ai regardé hier sur You tube
Je me souviens du dernier calin qu’on m’a fait
Je me souviens de ma dernière consultation chez le docteur
Je me souviens de mon dernier fou rire
Je me souviens de mon tour en bateau.

Le souvenir en 30 mots

Je me souviens des télétobbies, tous cons, ils répètent tout deux fois de suite, avec leurs sourires de trisomiques. Je les ai toujours détestés et pourtant j’ai toujours leurs chansons en tête !

(31)

Ebauche d’un dictionnaire

STOUNE

C’est un mot marocain mais pas du tout arabe (il n’a pas de radical). Il a été inventé à la va vite, comme çà, sortir dans une phrase. Ce mot vient des quartiers casablancais. Ce mot veut dire « truc », « machin », « chose ».

Commentaire JF :
La phrase d’exemple ?
J’ai trouvé comme définition-traduction :« Quelque chose de bizarre et/ou sympathique ».
- Pluriel : Stounates
- Synonymes : Twichya.
Exemple : wahed stoune= un truc, chad stoune = à l’aise…
(A retrouver sur : http://www.casafree.com/modules/cas&hellip ;

Autre sens qui se rejoint :
Définition : (n.m) Dose de drogue à l’origine, le mot a été détourné de son sens pour désigner un objet, un truc inconnu ou encore un état.

Séance du 6 octobre

Je défends une cause…
Je défends la cause des enfants abandonnés. Par le passé, j’ai rendu visite à des enfants en bas âges dans un des orphelinats de mon pays. Je me demande où est passé cet instinct maternel, comment est-ce que ces mères arrivent à laisser tomber leur progéniture.

Aujourd’hui, selon des estimations de l’Unicef, plus de 8 millions d’enfants sont abandonnés dans les rues dans le monde. Au Maroc, mon pays natal, ils sont près de 30 000 enfants. Cela est du à la honte qu’éprouvent les femmes à élever des enfants seules dans certains pays. A mon avis, c’est plutôt la société qu’il faut pointer du doigt, qui inculque une image de famille composée de « papa maman enfant » et qui ne légalise pas l’avortement dans plusieurs pays. La femme se retrouve alors enceinte malgré elle et voit alors cet enfant comme un obstacle ou une fin de carrière et de reconnaissance de la part de sa famille…
Ces enfants abandonnés sont généralement placés (pour les plus chanceux bien sur) dans des foyers ou  dans des orphelinats jusqu’à l’adolescence, ils n’ont plus aucune illusion quant à leur avenir et sont dans un état de déni de soi très intense. La moindre contrainte peut engendrer une réaction violente.
Notre société doit faire bouger les choses aujourd’hui car ces enfants doivent vivre une enfance comme il se doit pleine de bonheur, d’amour et d’affection.

Séance du 13 octobre

Ma vie dans 30ans…
Je pense encore à mes 18 ans… aahh j’étais si jeune, je venais de quitter mon pays pour faire mes études en France, j’avais encore toute la vie devant moi, tellement de choses à faire, tellement de portes qui s’ouvraient à moi…
Aujourd’hui, j’ai 48 ans, je suis mariée et j’ai trois enfants. Je travail dans le service commercial d’une grande entreprise à Paris. Je suis heureuse d’avoir tracé ma vie ainsi, j’ai réussi à continuer dans le domaine professionnel qui m’intéressait le plus, le commerce. Quand à ma vie privée, je suis fière de voir mes enfants si bien éduqués et si studieux, mon mari m’a toujours soutenu dans tout ce que j’ai voulu faire. Je l’ai rencontré peu après mes débuts dans la vie professionnelle… Il est clair que je ne regrette rien mais je donnerais tout pour revivre une seule journée de mes 18 ans, retrouver mon corps de jeune fille, faire les activités d’autre fois…

Séance du 3 novembre

L’exposition que j’aurais aimé voir… ( Je n’ai pas vu l’exposition à l’iut, j’étais absente)
J’aurais vraiment voulu visiter le musée du Louvre. Je n’y suis jamais allé. Ce musée est l’un des plus importants au monde. J’aurais adoré le visiter en entier, voir les 6000 beaux tableaux exposés, peints par les plus grand artistes. Les objets d’arts qui retracent l’histoire de l’homme les bijoux, les sculptures, les statuettes et les bibelots, mais aussi les meubles et les tapisseries.
C’est vrai que je prends rarement le temps de penser à des activités culturelles de ce genre.

Séance du 10 novembre

Mon prénom,

Je m’appelle Chaimae, c’est un nom arabe qui date de l’époque de l’Héjir, la sœur de lait du prophète Mohamed s’appelait ainsi. Il a donc près de 1430 ans.
Mon prénom est un adjectif féminin désignant une jeune fille polie, aux bonnes manières.
C’est ma grand-mère qui m’a appelé ainsi, elle aurait aimé donner ce prénom à son dernier enfant mort-né.
Je n’apprécie pas tellement le fait que l’on déforme mon prénom à l’écrit et à l’oral mais vu que c’est un prénom étranger à la France, il n’y a aucun mal à corriger les gens.

Séance du 24 novembre

Ma main

Un peu grande pour une fille mais assez féminine.
Elle est moite quand je m’énerve, sèche quand je tremble, chaude quand je me concentre et froide quand je suis amoureuse.
Je trouve que ma main reflète ma personnalité, on a toutes les deux gardé beaucoup de cicatrice l’une sur la peau l’autre sur le coeur.

Quand je suis bien et joyeuse mes ongles sont faits et bien vernis. Quand je vais mal, il n’y a qu’à voir ma main pour deviner.
Les lignes de ma main son très distinctes mais j’évite de trop les observer car celle de ma vie est courte, celà me frustre.