Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Edviche (TD2)

Séance du 22 septembre

Souvenir en 30 mots

Je me souviens du premier jour où je l’ai rencontré, ce fut un jour rempli d’intenses émotions. Nous nous étions éloignés du monde pour profiter de nos tous premiers instants.

(28)

Ebauche d’un dictionnaire

KISANOLA
Peigne, danse (nom d’une)
Etymologie : lingala
Je danse le kisanola

KOZO : gamin
Japonais

NIAMA
Animal bête
Et. Lingala

ALIGATO KAZAIMA :

Merci beaucoup
japonais

Commentaire :
Les phrases ou explications d’usage de ces mots ?

Séance du 6 octobre

J’ai choisi de dénoncer le système de justice français par rapport aux criminels récidivistes  sous forme d’un journal intime.

Cher journal,

Nous sommes le 01 octobre 2009 et je me rend compte que l’on vit dans un monde où la justice rend sa propre justice selon ses envies. J’aime ce pays sa liberté, ses droits et même ses devoirs. Mais concernant notre protection j’ai peur car les criminels ne sont pas sévèrement puni, conclusion : des peines trop légères pour des crimes atroces donc trop de RECIDIVISTE.

En 2002 un homme est accusé de viol sur une mineure de 13 ans, il est condamné à 11 ans de réclusion criminelle mais au bout 5 ans il est libéré pour bonne conduite dit-on.

Mais un matin du 28 septembre 2009 une disparition inquiétante alerte la police, la disparition d’une jeune femme Marie Christine Hodeau. Cette jeune femme pratiquait régulièrement son jogging, mais ce jour là ce fut le dernier de sa vie.

Ce crime aurait pu être évité si la justice avait en effet fait son travail et aurait été plus sévère avec ses criminels.

Deux crimes mais un seul criminel qui après sa sortie de prison de sa première peine n’a pas hésité à s’installer près de la maison de la jeune fille qu’il avait violé auparavant. N’est-ce pas là de la provocation ?

Je suis déçu car il n’y a plus de réelle justice, un homme arrêté pour meurtre de deux femmes réussi à s’échapper de prison et même à narguer la police.

Où sommes-nous ? Dans un film ?

Que la justice puisse se lever et défendre, protéger, assurer la protection de ses fidèles.

Cher journal je pense pas que la situation s’améliorera, doit-il encore y avoir d’autres crimes, doit-il avoir d’autres orphelins, de veuf ou de veuves pour que l’Etat réagisse face à des crimes de plus en plus atroces et ce récidivisme qui ne cesse d’augmente.

Plus de pleurs dans les chaumières, je voudrais tellement parler au nom de ces familles qui ne savent vers qui se tourner car au fond il y a deux coupables :  le criminel et la justice qui lui accorde ce droit de TUERIE.

J’espère que la prochaine fois que je raconterais ma journée elle sera plus rose, à bientôt.

Séance du 13 octobre

Thème : Dans 40 ans ?

Nous sommes le 13 octobre 2070,

Il fait nuit malgré qu’il est tout juste 15 heures.

La vie n’est plus comme avant

L’envie de faire tout commentaire me passe.

On nous avait prévenu pourtant,

Mais nous n’avons pas écouté le gouvernement !

Je suis chez moi, attendant calmement le trépas,

Avec les miens nous regardons l’horizon, sous le porche de notre maison,

L’émerveillement se lisait sur nos visages lorsque nous regardions avec intensité ce monde :

GUERRE  BACTERIOLOGIQUE, FAMINE, INONDATION, TREMBLEMENT DE TERRE, MEURTRE, VOLS, CRIMES, VIRUS INFORMATIQUE, TERRORISME, DERIVES DE LA SCIENCE, CORRUPTION POLITIQUE, DEBAUCHE,  PERVERSION, PAUVRETE……

Tout cela avait commencé il y a fort longtemps

De nos jours on a vu toutes ces choses prendre un élan considérable.

Les gens se plaisent à faire du mal et la Terre ne résistera pas sans fin.

Oui ce monde va s’éteindre. Alors nous attendons tranquillement.

Séance du  3 novembre

Impressions d’une exposition

L’art est subjectif, il est donc difficile d’apprécier le talent d’un artiste.

Il est très important de cerner le message que l’artiste essaye de nous transmettre, même si cela reste souvent difficile. Je respecte l’auteur de cette exposition, mais je ne peux apporter un avis pertinent sur le travail effectué car j’avoue je n’ai pas saisi tout son sens.

Néanmoins, je tiens à me prêter au jeu afin de partager mes sentiments.

Concernant cette exposition j’ai constaté que chaque tableau avait pour support des feuilles de dictionnaires. On pouvait y voir la silhouette d’un homme dans des positions lugubres. A l’intérieur des silhouettes j’ai pu distinguer des animaux tels que des limaces, des escargots. Certains mots du dictionnaire étaient mis en avant, sûrement pour définir l’homme.

La seconde partie de l’exposition était une mise en scène de mains et pieds accrochés à des branches d’arbres.

Mon interprétation de cette exposition est la suivante :

- Le corps humain et la nature : les animaux, les branches d’arbres, l’homme représente la nature donc la vie.

- En ce qui concerne le dictionnaire il sert à définir les mots, leur natures étymologiques.

L’homme et la nature dans leurs différentes formes.

Cette exposition provient d’une imagination fort débordante, dont malheureusement je n’ai pu m’imprégner.

Même si j’ai essayé de vous exposer mon avis, je sais que je suis resté à côté de la plaque.

Séance du 10 novembre

Texte sur le prénom

Mon prénom : E D V I C H E

D’origine inconnu selon divers sites internet, mais pour ma part je connais sa provenance : de la profonde imagination de ma mère.
En effet cette dernière n’appréciait guère l’idée de me donner ce prénom avec la suivante orthographe : E D W I G E. ce dernier à des origines germaniques <ed> : « biens, richesses », et <wig> : « combat » (ou wiha, « sacré »)

Étant petite je n’aimais pas ce  prénom, ce fut difficile de le porter et de supporter les incessantes moqueries. Alors pour me défendre je leur expliquais que ce prénom était un héritage de ma grand-mère et que mes parent n’avaient pas eu le choix. Ce qui est bien sûr un pur mensonge.
Aujourd’hui, je suis fière de ce porter, totalement unique. De ce prénom ont dévié plusieurs petits surnoms tels qu’Eddy, Vivi, Ed.

De ce prénom j’ai pris la richesse et les biens de « Ed » et j’ai banni le combat de « wige ». Quoi demander de plus ?

Séance du 24 novembre

L

Elles poussent,
Elles tirent,
Elles frappent,
Mais aussi…
Elles donnent,
Elles soutiennent,
Elles caressent,
Tantôt c’est la haine, tantôt c’est l’amour,
Les mains sont telle une épée à double tranchant