Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Fatou (TD1)

Séance du 22 septembre

Je me souviens

Mon enfance, quel beau souvenir !

Je me souviens du matin de Décembre lorsque j’étais écolière

Tôt le matin, je me réveillais et prenais le chemin de l’école

Je grelottais tout au long du chemin

Accompagnée de mes amis, nous marchons ensemble, rigolons ensemble

Sur la route principale qui menait vers l’école, d’un côté, je voyais des ouvriers qui engouffraient leur pain tout en marchant vite

D’un autre côté, des mendiants en guenilles, pieds nus, cheveux non rasés quémandaient à chaque passant avec des chansons pour susciter la donation.

Devant la porte de l’école s’installaient les vendeuses.

Je me souviens de cette belle école où j’ai passé de bons moments.

Version 2

Je me souviens de mon enfance
Quand j’étais écolière
Tôt le matin je me réveillais …
Je grelottais tout au long du chemin
Accompagnée de mes amis, nous marchons, rigolons .

(31)

Ebauche d’un dictionnaire

« Géweul » veut dire Griot en français
Ils accompagnaient les rois durant des guerres en faisant leur éloge.
Phrase d’usage : tu es loquace tel un géweul

Séance du 6 octobre

Défendre une cause

Thème : la guerre

La guerre !

Quand est va-t-elle cesser ?

Je ne sais point

Quelle est sa source ?

Depuis l’apparition des êtres vivants

Est-elle due aux conflits humains ?

Certainement,

De nos jours, elle prend toutes formes

Guerre étatique, fratricide, tribale,

A chaque siècle, les médiateurs cherchent à asseoir une paix par de simples textes mélliflus.

N’avait-on pas dit qu’il n’aurait pas

De second guerre mondiale avec le traité de Versailles ?

C’est illusoire

Donc à quoi servent les traités : être de belles archives historiques

L’humanité sera-t-elle unie un jour ?

C’est souhaitable, mais impossible

Pourquoi ?

Chacun défend ses propres intérêts.

Séance du 13 octobre

Sujet : Quarante an plus tard ?

Lettre à mes petits enfants

Chers petits enfants, je vous adresse cette lettre en ce jour où j’atteins mes 80 ans : mes cheveux ont   blanchis, mon visage est  ride et  ma peau est vieillissante au fur et à mesure que les années s’écoulent.

Je commence à perdre le goût de la vie car chaque jour je me plonge dans la méditation d’où jaillissent d’anciens souvenirs à la fois beaux et tristes. Le temps que j’ai vécu dans la vie m’a permis d’avoir beaucoup d’expériences. Parfois je me souviens de mes multiples voyages, de mon parcours professionnel et de mon ménage, de votre enfance : vous qui êtes devenus adultes, vous qui tentez de devenir responsables, vous qui tentez d’affronter les embûches de la vie. Je vous assure que la vie est difficile pour atteindre ses objectifs. Il faut de la détermination et de la bravoure. Soyez prudents !

La vie est faite d’imprévus.

Je ne vous assigne pas des leçons mais plutôt des  conseils. Pourquoi ?

Une personne sans guide, sans valeurs est telle une gazelle qui se promène dans la forêt sans peur d’être attaqué par un lion.

Diriez-vous que j’ai perdu la raison, Non, je suis loin de l’être.

Chers petits enfants, prenez conscience de cette lettre.

Votre grande mère.

Séance du 3 novembre

Impressions après visite à l’exposition « Poétic spam » de Marc Géranton

Dès la première vue, l’exposition de Marc Gerenthon m’a amenée dans un univers d’imagination.

La première chose à laquelle j’ai pensée : la nature de l’homme à l’état sauvage où l’homme était tel un animal, pieds nus, se nourrissant de tout ce que la nature  lui offrait.

L’homme qui ne réfléchissait  pas, qui ne maîtrisait pas la nature : tel que l’homo sapiens sapiens, l’australopithèque.

J’ai pensé également aux  périodes qui ont marquées l’histoire : le paléolithique, le néolithique et l’âge des métaux.

A ces époques, l’homme se servait de différents outils : pierre taillée, pierre polie. Ces instruments lui ont permis de résister et de faire face à ce monde qu’il ne maîtrisait pas.

Ensuite, je me suis posée une seconde question : quel est le lien entre l’homme et la nature ? La nature est  un moyen qui permet à l’homme de s’épanouir et de survivre.

Séance du 10 novembre

Les rapports avec mon prénom

Fatou est un prénom ancien.

Les connotations de ce prénom sont : la patience, le courage et la détermination.

C’est également un prénom dérivé de Fatimata qui était la fille du prophète. A l’époque coloniale, au Sénégal,  la plupart des blancs nommaient leurs bonnes  domestiques « fatou » car il est facilement prononçable et mémorisable par rapport aux autres prénoms difficiles à retenir.
Mon second prénom Wélé renvoie à une femme qui vivait dans le royaume  du Walo (Sénégal traditionnel). C’était une femme exemplaire qui en raison de sa bravoure et de sa sagesse a donnée naissance à un homme célèbre héros de la résistance pendant la colonisation.

Séance du 24 novembre

La main

La main, un instrument indispensable
Constituée de cinq doigts avec une paume,
La main nous permet de mener nos activités quotidiennes,
d’exprimer le langage gestuel
Voici que la main de l’écrivain décrit tout : une scène, une histoire, un évènement
Avec sa main, l’artiste manipule tous les instruments musicaux
S’il n’y avait pas de main, il n’y aurait pas d’activités humaines
Main, nous te devons tout !
Que pourrai-je faire sans ma main ?
Rien du tout.