Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Assma (TD1-TP2)

Description d’un lieu

21H  rue belle visée, au bout de cette rue, au stop, tourne à droite. Puis braque à gauche au 2eme stop. A partir de là, continue tout droit pendant 3kms et au dernier stop, vire à droite.
Une fois la petite colline passée, je suis arrivée. A première vue rien de magique mais un vrai bonheur pour moi qui suis léthargique.
Allongée sur ce lit de nature, il suffit vraiment de peu de chose pour me sentir ailleurs. Un endroit calme, cerné d’hautes herbes fraiches j’observe la douce pleine lune.
Une légère odeur de liberté vient me titiller le nez. A cette instant précis, plus rien ne me fait peur et pour moi le temps s’est arrêté.
Tout ça pour une pauvre petite cigarette…Ouais yen a marre de se cacher pour fumer !

Le répondeur

Madame, Monsieur, je vous confirme que vous tentez bien de me contacter, Melle AIT OUARES Assma 19ans, actuellement en 2eme année DUT Techniques de Commercialisation.
Je suis au regret de vous annoncer que présentement je me trouve soit en cours, ou bien au travail, ou alors occuper à faire mes devoirs. Oui je suis une jeune femme très motivée qui travail beaucoup pour son avenir, et qui ne perd pas son temps.
D’ailleurs je recherche en ce moment une entreprise pour effectuer mon stage de 2eme année. Respectueuse, dynamique et ponctuelle je suis preneuse de toutes propositions.
Dans l’attente d’une prompt réponse de ma part, veuillez me laissez un message après le bip.

Mardi 28 septembre


HOMMAGE à mes pieds

Je tuerais quiconque qui tenterait de me les couper, retirer ou ne serait ce que les abimer.

Ils me permettent d’avoir de beaux éclats de rire lorsqu’on les chatouille, et lorsque je les vois, je suis rassurer.

Mis à part le fait qu’ils soient primordiaux à ma vie, j’aime les rendre jolie et les vêtir de couleurs vives.

Ils font ma joie de vivre, j’aime prendre soin d’eux.

Que serais-je sans eux, mes pieds.

QUE FAISIEZ-VOUS LE 28 SEPTEMBRE 2004 ENTRE 18 H 06 ET 18 H 08 ?

18H06 fatiguée, exténuée je venais de monter les 14 escaliers pour me rendre dans ma chambre. Sachant qu’il faut ½ seconde pour monter un escalier, il me fallu donc 7 secondes pour arriver au sommet, après 3mètres soit 2 secondes, je me suis jetais sur mon lit, je me suis assoupie durant 1 minute. C’est au cours de ces 50 dernières secondes, 18h08, que je me suis surement endormie.

RAPPORT DU COMMISSAIRE

J’ai bien observé cette jeune fille qui me paraissait déboussolée.

Elle parlait d’un soi disant  « chamboulement de vie », à seulement 14piges.

J’ai aussi interrogé certaine de ses amies qui m’ont assurées qu’elle était suivit.

Oui, suivit par un psychologue qui ma d’ailleurs confier que Melle était, je cite : « Chtarbé ».

J’en ai finalement conclut que finalement cette jeune fille tout ce qu’elle mérite…

c’est hôpital psychiatrique.

Mardi 30 novembre

SENEGAL

On comprend pourquoi le peuple tente de s’échapper de ce pays sans avenir. Pour nous remercier de nous prendre nos moyens de survit, les Européens peuvent au moins avoir la gentillesse de nous accueillir.
Leur terre bénit des dieux, pourquoi la chance n’est qu’avec eux.
Chacun sait que la bas notre destin ne sera pas tracer d’avance et qu’on pourra trouver le moyen de survivre. Ici nous sommes destinés à périr.
C’est une évidence, plus rien ne nous retient ici, et désormais je ferais tout pour changer de vie.
C’est alors qu’à l’aube du départ, nous sommes réveillé par des cris dans tout le village.
Un amas de corps étendus sur la côte, les villageois sont horrifiés
Ces gens là ont atteints leurs destiné, mais pas celle qu’ils espéraient.