Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Kévin (TD1-TP2)

Présentation:

Je m’appelle Kevin,

Je descend de la famille Bellebault,

La vie m’a déjà offert, 19 bougies et bientôt 20,

Ma ville de prédilection est Verberie,

Mon futur me prévoit de travailler dans le domaine bancaire,

La flamme qui est en moi me passionne pour les jeux vidéo,

Mais cette flamme s’éteind lorsque je vois des personnes avide de pouvoir.

La boîte à … :

La boîte à boîte, la boître à ouvrage, la boîte à ouvrir, la boîte à fermer, la boîte à clés, la boîte à serrure, la boîte à nœud, la boîte à malice, la boîte à jeu, la boîte à livre, la boîte à offrir, la boîte à cadeaux, la boîte à bonheur, la boîte à vie.

Mardi 28 septembre

Décrire la maison idéal

Je me promenais dans un petit bourg français

Je marchais depuis des heures et à ma vie je pensais

J’avançais sans me poser de question en respirant l’air pur

Je levais la tête et voyaisle ciel azur

D’un coup je me suis dit stop

J’étais figé devant une maison qui était loin d’être une roulotte

En effet cette maison était plus qu’un rêve

Vu la grandeur des fenêtres je me suis dit qu’elle devait être baigné de lumière quand le soleil se lève

La porte d’entrée et les volets étaient en bois de chêne

J’aurai tellement aimé que cela m’appartienne

On distinguait une terrasse revêtu de marbre

A côté se trouvait un immense jardin où était planté différents arbres

La hauteur la longueur et la largeur de la maison était impressionnante

A un tel point que la couleur crème des murs en devenait étincelante

La toiture était recouverte de tuiles argentées

Et la cheminée fesait ressortir son chapeau doré

Le propriétaire me fit entrer afin de visiter

Je vis les couleurs des pièces s’entremeler

Je n’y trouvais aucun défaut

Pour moi cette maison représentait un château

Je me souviens

Je me souviens de toi

Je me souviens de moi

Jeme souviens de nous

Je me souviens de l’après nous

Je me souviens de la chance

Je me souviensde la malchance

Je me souviens du bord de mer

Je me souviens du col des montagnes

Je me souviens du ciel azur

Je me souviens de la nuit noire

Je me souviens du soleil étincelant

Je me souviens de la lune ravissante

Je me souviens de mes histoires

Je me souviens de mes bobards

Je me souviens que tout ce que je viens de dire

était pour moi la fin

Mardi 16 novembre

Mardi 16 novembre

Chère boîte à lettres,
Je t’écris aujourd’hui pour te donner des conseils
Alors ouvre bien grand tes oreilles
Je suis passé devant toi tout à l’heure
Et j’ai vu que tu prenais de plus en plus de couleur
Ne te réjouis pas car ce n’est pas un compliment
Ta couleur rouille est des plus dérangeant
Je comprends que tu ne reçois plus de courrier
Pour être ouverte tu n’as pas besoin de clé
En effet tout le monde pourrait te le voler
Ce serait la pire chose qui pourrait arrivé
Regarde toi tu es toute délabré
Il faudrait peut-être pensé à te rafistolé
On ne voit même plus le nom de ton propriétaire
On dirait que tu as survécu à la guerre
J’aimerais tellement revoir ta forme carrée
Que tu as perdu en te pliant au fil des années

Consigne : Recherche de la boite à lettre dans la pièce alors qu’elle n’est plus présente

Mardi 30 novembre

Suite d’un roman
Après ce retour à la côte,
L’équipage n’avait pas la tête haute,
Toutes ces personnes n’avaient plus le goût de cette vie,
La seule solution était de partir d’ici,
Mais par ces temps de dictature,
La fuite n’était plus un moyen sur,
Combien de leurs frères et sœurs se sont fait massacrer, brûler et noyer,
Pendant combien de temps cela allait encore durer,
L’équipage décida donc de charger le bateau,
La nourriture abondait sur le navire afin d’affronter les eaux,
Une nuit tranquille s’annonçait à eux,
Et pourtant, un drame allait les rendre furieux,
Le lendemain matin, tous étaient prêt à partir,
Mais une mauvaise surprise les fît sangloter quand ils furent proche du navire,
Toute la nourriture avait disparu et la pirogue coulait sous le flot de la rage,
Le dictateur et son armée s’empressa d’encercler l’équipage,
Une fin tragique était le destin de ces hommes,
Celui de mourir fusillé devant le dictateur et sa couronne.