Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Ndeye (TD1-TP1)

Mardi 14 septembre

Le lieu :

Kebemer,

Contrée lointaine ou règne la paix et l’amour,

village au beau feuillage de fromagers géants.

Chaque matin, les oiseaux aux ailes magnifiques planaient dans le ciel.

Les moutons sortaient de leurs enclos pour aller brouter de l’herbe.

Les femmes s’activaient dans les cuisines,

Et les hommes allaient au champ.

Au soir, les femmes chantaient dans les forêts denses,

Les hommes se reposaient,

Et nous, nous retrouvions devant grand-mère pour écouter les histoires de kocc barma.

Ha Kebemer,

village de mon enfance,

village aux hommes si nobles et si courageux.

Que n’aurai-je fait pour grandir auprès de vous,

Que vous m’assistiez dans cette traversée orageuse de jeune fille.

Aujourd’hui, je suis loin

Les mois passent et pourtant vous restez la source de mes pensées.

Un jour, armée de mon savoir je reviendrai. Incha allah

Le répondeur

Allo! Oui vous êtes bien chez Mlle Kebe.

Ha je suis désolée mais là le soleil vient de se coucher, ma journée à moi vient de commencer. Com d’hab, je suis dehors entrain de profiter de la vie, de m’amuser. La vie n’est-elle pas belle ?

Allez danser c’est mieux que d’appeler les gens à cette heure

Ben laissez-moi un message si c’est urgent, et je vous appelle dès que possible. Bisouuuuuuuu.

Mardi 21 septembre

La vigilance

Pour etre  vigilant,il faut toujours fuir le regard des gens,
Ne pas cohabiter avec eux,
S’eloigner lors de leur discussion.
Il ne faut jamais donner son opinion,mais surtout ne jamais utiliser ce que l’homme produit car tout ce qui tourne autour de lui est source de problèmes.
Il faut ainsi s’enfermer dans son monde,car malgré tout, la seule manière d’etre vigilant c’est de vivre en autarcie.

Le Répondeur

Bonjour petite voix que j’aime tant,
J’ai un truc super important à te dire, mais comme d’hab t’es jamais chez toi.
Et moi qui croyais avoir trouvée une amie.
Ben rappelle moi,
Je serai là où tu crois,
Et à la première sonnerie je serai là pour  t’expliquer mes blemes,
Et tes conseils comme toujours seront les bienvenus.
Mima

Mardi 7 octobre

LE REFUS

Enfant,
j’ai souvent rêvé de ce métier,
ce métier si noble,ou on défend la cause des gens.
Après des années de persévérance, je suis arrivée à avoir mes diplômes.
Mais hélas, que de problèmes pour pouvoir l’exercer.
Mr le directeur,
je vous ai envoyé plusieurs fois ma candidature,mais à ce que je vois ,vous ne voulez point changer d’avis.
selon vous,je ne suis pas indispensable et mes compétences ne correspondent pas à ce que vous recherchez.
encoreeeeeee des mensonges,
n’ai je pas étudié toutes ces années pour travailler dans votre cabinet.
Ne savez vous pas qu’en agissant ainsi vous brisez mes rêves,ma joie de vivre,
mon désir de réussir,
tout s’envole laissant place au désespoir.
Et cela je ne peux l’accepter,
j’ose, aujourd’hui vous défier, et par conséquent demain matin,de gré ou de force je serai dans vos locaux.j’occuperai le poste d’assistante judiciaire,
et cette fois monsieur rien ne m’arrêtera.

L’inauguration

Mesdames et messieurs,

Après avoir défié tous les obstacles,à savoir l’opinion de nos frères musulmans et chrétiens,nous voila aujourd’hui rassemblés devant ce monument,
comme vous pouvez le voir c’est le statut d’un homme et de sa famille.
on l’a construit tout en haut de cette montagne pour que tout le monde puisse le voir.
Chers sénégalais ,
ce monument symbolise la renaissance africaine, nous voulons nous unir pour faire face à la pauvreté et à la misère, nous développer.
Ainsi par ma voix ,j’appelle tous les africains,ainsi que tous les touristes à venir admirer ce chef-d’oeuvre et participer à la renaissance de l’Afrique.

Mardi 19 octobre

2010 s’en va,
avec sa famine, ses maladies.
la tristesse et les remords s’envolent .
une nouvelle chance s’ouvre à nous,
une année pleine d’espoir arrive,
les rêves se concrétiseront ,
la pauvreté disparaîtra
et le bonheur tant recherché sera là.

Mardi 2 novembre

Conte

Il était une fois,dans une contrée lointaine,une jeune fille du nom de kumba.Elle était belle,respectueuse et aimée de tous.
kumba était orpheline de mère et vivait avec sa tante et sa demi- soeur.chaque jour,elle devait s’occuper des travaux ménagers,malgré la présence de son père,un homme trop faible.
Les années passèrent,kumba continuait de vivre dans la souffrance,tandis que sa demi- soeur menait la belle vie et était chouchoutée par ses parents.
Un jour, en partant faire la vaisselle,elle oublie de laver une cuillère.
De retour chez elle,sa marâtre furieuse l’envoie nettoyer la cuillère à la mer de ndayane(un océan perdu),
mais hélas que de difficultés ,de douleur,pour kumba avant d’arriver à destination .
Parfois,elle rencontrait dans la foret des arbres qui se parlaient,alors respectueusement,elle les saluait et leur demandait quel chemin suivre pour arriver à destination.
c’est ainsi qu’elle arriva un jour à la mer de ndayane ou réside la mère des animaux sauvages.c’est une femme dont le corps est mutilé de moitié.
Après avoir soumis la jeune fille à diverses épreuves,elle lui remet au moment du retour 3 oeufs à casser selon un ordre précis et d’ou proviennent richesse et pouvoir.
Jalouse, face à ce triomphe,sa demi soeur salit la cuillère à son tour et refait le même itinéraire.
cependant elle inverse à toutes les étapes, les valeurs des actions ,faisait tout avec impolitesse.
elle trouve la mort au bout du compte……

Mardi 23 novembre

Nous regardons souvent les choses qui nous entourent,sans une grande attention, l’artiste conscient de la richesse des objets les transforme et nous révèle ainsi leur beauté.
ainsi avec cette brique si banale il a fabriqué ce mur de son,
avec ce fer et ces cailloux il a fait cet éléphant,
et en utilisant les couleurs il a voulu montrer ce qu’est la spiritualité et la beauté des zigzagues.
Ainsi donc comme le disait Théophile Gautier  » il ne peut être beau que ce qui ne peut servir à rien;tout ce qui est utile est laid  »

Mardi 30 novembre

(transmis le 18 décembre)

la vérité est souvent difficile à accepter,
mais nous devons quand même faire face à la réalité:
le travail manque dans nos pays;
les gens ne mangent pas à leur faim;
l’électricité et l’eau sont rares;
nous vivons au jour le jour, sans savoir de quoi demain sera fait;
les enfants vivent dans la crainte.

Pour leur offrir une vie meilleure,
pour combattre cette misère,et sortir nos parents de cette pauvreté,nous voulons partir aujourd’hui en Espagne.
mais hélas que de difficultés pour y arriver.
Entassés dans une petite pirogue sans nourriture,nous voila en route pour l’eldorado.

Mais arriverons -nous à destination?
Trouverons – nous la richesse tant espérée?
Serons nous chers frères africains acceptés dans ces pays;
car après tout la vraie richesse ne demeure t_elle pas dans nos pays d’origine?