Claudine Bertrand

Claudine La Poète

Claudine Bertrand est née à Montréal.

Poète, elle a publié une vingtaine d’ouvrages poétiques et de livres d’artiste au Québec ou à l’étranger, dont Une main contre le délire, L’Amoureuse intérieure (prix de poésie 1998 de la Société des écrivains canadiens), Tomber du jour et Le Corps en tête (L’Atelier des Brisants, 2001), pour lequel elle a remporté le prix international de poésie Tristan-Tzara 2001, décerné à Paris.

Elle est récipiendaire du Prix Saint-Denys Garneau pour L’Énigme du futur (2002).
Ses récents titres, Pierres sauvages, (Éditions L’Harmattan 2005, France), Ailleurs en soi (Domens 2006, France), Autour de l’obscur (L’Hexagone, 2008) et The last woman , Selected poems : 1991-2001, (Guernica 2008).

Fondatrice de la revue Arcade, qu’elle a dirigée pendant 25 ans, elle contribue à faire connaître la poésie québécoise à l’étranger par de nombreuses lectures, conférences, manifestations et ateliers de poésie, a été porte-parole à LaRochelle pour le 400e .
Elle conçoit et anime des émissions littéraires à Radio Ville-Marie et à CNV.ca.

Elle crée le site mouvances.ca pour donner la parole aux écrivains et est responsable du volet poétique à la revue Des Rails (desrails.free.fr)

Certains de ses poèmes sont publiés dans L’Anthologie de la poésie française (Larousse) en 2007.

P1220654ClaudineV3taille-4f538

Clau­dine Ber­trand à Coto­nou, sur le lac Gan­vié, le 1er mars 2009

LE MINISTÈRE QUE JE PRENDS EN CHARGE

MINISTÈRE de l’écriture des femmes et de leurs mouvances poétiques dans la foulée de la revue littéraire ARCADE que j’ ai fondée au québec et dirigée pendant 25 ans ;
En 2005 j’ ai créé une revue littéraire sur internet,

[http://lire.ca/mouvances/mouvances.htm]

La revue est destinée à accueillir des voix internationales (hommes ou femmes) qu’on n’entend pas ou très peu, lesquelles apportent une autre vision que celle véhiculée par la sociéte mercantile : fenêtre ouverte sur le monde de la francophonie, pas exclusivement car il y a un espace pour la traduction et récemment un espace Bénin s’est déployé pour faire découvrir l’ imaginaire africain, créer des passerelles, des liens de solidarité et apporter ce supplément de vie.
Voilà la mission que j’ai déjà inscrite au cœur de mouvances.