A la télé et sur les Unes (M.V. Boissard)

A la télé et sur les Unes,

S’étale une histoire que j’adore,

D’une héritière pétée de thunes

Qu’on appelle la poule aux œufs d’or.

°

Coté cuisine, la poule au pot

Aux p’tits oignons on la mitonne.

Pour elle les réductions d’impôts,

Plus d’vingt millions, ça vous étonne ?

°

Juste avant l’éternelle nuit,

Du fric elle en a plus qu’assez.

Au bois d’Boulogne, Madame s’ennuie

Au milieu des gallinacées.

°

Banier, c’est le nom d’un renard

Qui’a pénétré dans la basse cour,

Il se dit conseiller en art

Pour  la vieille poule Bettencourt.

°

Pas mettre ses œufs dans l’même panier,

Avec  trois autres margoulins,

Ils voient les pépettes à gagner.

L’argent fait tourner le moulin.

°

Ils s’affairent  et  ils boursicotent

Tels une bande de maraudeurs.

Ça ne fleure pas bon la cocotte,

Même si l’argent n’a pas d’odeur.

°

Par ici les fonds de placements,

Par là les titres et la joncaille,

Les tableaux, les appartements,

Plumez, plumez, plumez volaille

°

La  vieille maboule n’est  pas mère poule

Qui protège  sa fille de son aile,

Avec le renard elle roucoule.

On veut la mettre sous tutelle.

°

Y a même des hommes politiques

Qui nous prêchent la frugalité,

Et font marcher la pompe à fric

Au mépris  d’la légalité.

°

Car pour financer une campagne,

Il ne faut pas qu’des haricots,

De l’or, il en faut des montagnes,

Monsieur  Sarko cocorico.

°

Comme un coq sur son tas d’fumier,

Accompagné d’un blond chapon

Chef des poulets de fins limiers,

Ils partent à la chasse aux fripons.

°

Ils traquent les Roms, voleurs de poules,

Fils du feu, filles de l’air ;

Ceux qui ont des  maisons qui roulent

Sont expédiés dans des charters.

°

Chez la poules de luxe pigeonnée

On laisse s’ébattre les escrocs,

Ils’ s’ront peut être emprisonnés

Lorsque les poules auront des crocs.