Deux rachènes

Jean Luc Vigneux

Jean-Luc Vigneux a présenté, lors de la journée de formation du 16 avril 2009 consacrée à la betterave à sucre, le numéro spécial de la revue Ch’lanchron dont il est la cheville ouvrière, revue en picard évoquant la sucrerie d’Abbeville (Somme) qui ferme lors de cette campagne 2008-2009.
Il a alors parlé de sa rencontre avec deux betteraves tombées d’un camion.
Il a séduit alors le public présent et je lui ai demandé de m’en donner une version écrite.
Cette version n’existait pas encore. La voici ! J’en remercie Jean-Luc et je suis heureux de la proposer en lecture aux visiteurs de mon site. Je m’aperçois que depuis sa création le site a eu près de 10 000 visites. Ce n’est pas Face book mais ce nest déjà pas si mal ! Jamais un poète édité n’a autant de lecteurs dans une édition initiale !

Deux rachènes

Novéme 2007. Deux bettraves i m’érbè’t au bord éd chol route éd Rue à Férmontier.
Ch’est deux rachènes qu’i leuz ont écapè d’éne benne qu’al érgorgeait. Ch’est deux galapiats qu’i n’veut’té point leu nn’aller dusqu’à chol chucrérie d’Adville. Leuz idèe ch’est d’récaper à chés cossettes, à chol miélasse, pi à chés pulpes à vaques.
J’én térinte point. J’m’arréte au cotè d’eux. Jé zzés saisis pour é-zz’aider à monter in auto ; conme o prindroait quiqu’un qu’il o pardu sin cmin, pour li préter la main.

I sont lo, chés deux bettraves, au cotè d’mi, su ch’tapis d’échl auto. I sont glachèes. Iz avoai’t froéd, tous seues din chol plainne du Pontiu.
O roulons.
O ons passè Nouvion. Din ch’temps vlo chol bueur blanque qu’al monte au droét d’chol chucrérie d’Avdille. Blanque et pi bien drue, chol feumèe a s’saque d’éne écminèe in féte.
Noz auto al déchind chol Cote éd la Justice. Tout partout a froumionne éd gros camions. Dautchuns badjès à mort, i rint’t à ch’pesage pour baler leu bégnotèe d’bettraves. Édz eutes, déquértchès, i leu nin rsaq’t élgéres pour leu rn’aller din chés camps.
Ch’quértier i vit. I sint boin. I n’foait qu’éne note. Ch’est dz’ouvriers, des_voétures, des leumiéres, et pi des gros camions panchus.

D’ichi un moé, chonq smainnes pour lé miu, toute i sro aboli. Feumèes, camions, caleur, busin, raques. I n’y éro pu rien. Chol saison al sro finie. Chés leumiéres i sront copèes. Chés portes i sront rfreumèes. Ch’silo i sro rimpli d’dix-huit mille tonnes éd chuque blanc, conme tous lz’ans.

Mais chl’énèe chi, chol saison al o un méchant gout. Ch’est chol darène saison bettraviére. Oz est din chés darins jours. Chés darins courts jours. Chol Vieille dame al voét l’bout d’ses jours.
In déchindant Rue Ménneson, j’érbèe coér chol bénière ganne qu’al rimbarre chés grilles d’intrèe. « Dernière campagne de la sucrerie – CFDT – La vieille dame sacrifiée par les hommes « clés » de Teréos – 2007 – Adieu les Emplois – Merci l’Europe ! » Ch’est sans rémission. Adè chol fabrique à chuque. Adè chés ouvriers.

Éj sus rindu à no moaison. J’ai déchindu mes deux bettraves d’auto. I sont lo touté deux à ch’seu d’no porte. I s’in vont m’racompagner long d’chés jornèes sans bruit ni feumèe qu’i varont. Chés deux rachènes i s’in vont m’écorer pour qu’éj peuche dire adè à m’chucrérie d’Menchecourt-Thuison.
J’ai vétchu chinquante ans aveuc chés flairs éd l’apréseut din m’panche, aveuc chol girouette éd bueur blanque din mes zius, aveuc min tchœur qu’i butchoait au quant chol fabrique à chuque.
Ichi conme tout partout, i feut qu’o s’y foaiche. A tè décidè d’freumer. Érien n’sro wardè.
O voroait s’ramintuvoér éd toute. I feuroait qu’chol mémoére al értienche toute. Chés mouvemints, éch souffe d’échl usine, és voéx, chés gins din chés batimints, chés métiers, chés géstes, échl ouvrage. Tout simplémint la vie ichi, in sonme. O n’sèro mie.

Et pi, conme tous lz’ans, chés jours iz ont rallongè.

Boin temps 2008. Mes deux bettraves i cminchoai’t à bien s’ramonchler. Iz étoai’t ténèes d’atténne au jour. J’ai rtornè no guérdin. D’un coup d’louchet, j’ai rinfoui chés deux bettraves, là bos au bord d’échl allèe. Sans braire. Mais j’n’étoais point fiér.

Apréseut 2008. Chés feumèes i n’ont point rmontè din ch’temps au dsu d’Adville.

Boin temps 2009. Din no corti chés bettraves i n’ont point vnu à fleur.

I y o din no corti deux bettraves à chuque qu’i n’ont point volu leu foaire décraper, éte décopèes, et pi bolir, pi coér suer à l’nage, pour offrir leu chuque. I sont rinfouies lo, tout preu d’mi. À mzure éj pinse à eux.

Jean-Luc Vigneux (Abbeville, avril 2009) Picard du Ponthieu (texte inédit)
Complément à « Chol darène saison » (Ch’Lanchron n°111-112, novembre 2008, Abbeville)

Pour en savoir plus sur Ch’lanchron, sa démarche culturelle, son activité en Picardie maritime c’est ici :
[http://lanchron.dyadel.net/ChL111.htm]