haïku sur la betterave mais pas seulement

Thierry Cazals

Message reçu par courriel de Thierry Cazals le 11 novembre (une date symboliquement forte dans la région des betteraves et des terres à guerre).
Innombrables sont les cartes postales de sucreries de la Somme, jusqu’à la fin de la guerre, sucreries et râperies photographies par les français et les allemands, sucreries et raperies en bel état ou détruites) : une centaines d’usine alors pour ce seul département !

Cher Poète de la Betterave

j’ai trouvé ce très beau poème (copie à la fin de mon courriel) de Jeanne Hyvrard, sur le site des éditions L’Harmattan…
il est vraiment réussi, je trouve…

Sinon dans mon livre QUOI DE NEUF AUJOURD’HUI ? (Opale éditions), il y a ce petit haïku (le livre est une sorte de récit et non pas un recueil de haïkus, mais il en contient quelques-uns) :

Nuit brève
Au fond de la terre
Une nouvelle betterave est née

J’ai vu aussi un dessin-animé pour petits et grands, inspiré de l’œuvre de Tomi Ungerer : il s’intitule LES TROIS BRIGANDS.
On y rencontre le personnage d’une affreuse directrice d’orphelinat, une véritable sorcière qui oblige les enfants à cultiver sans cesse ses champs de betteraves, pour fabriquer des sucreries qu’elle dévore en permanence…
Au-dessus de l’orphelinat, plane en permanence une sorte de nuée rouge qui répond en écho aux nuages gris qui obscurcissent le ciel de certaines cités industrielles…
Je te conseille de voir ce dessin animé si tu en as l’occasion…

Bonne cueillette !