Emile Zola et les pommes de terre

_ On ne sera pas étonné de retrouver les pommes de terre dans de nombreux romans d’Emile Zola, aussi bien chez les pauvres que chez les nantis, avec bien sûr des nuances.
_ Je ne vais pas entreprendre ici une thèse sur le sujet, mais je ne voulais pas passer à côté de cet auteur sans le citer.

Voici donc un extrait qui traite le sujet de notre rapport aux pommes de terre avec quelque originalité, tiré du chapitre VI de NANA. Il est même question de Parmentier, pour raison éducative !

Extrait de NANA

_ Il n’était que quatre heures. On parla de faire un tour.
— Vous ne savez pas, dit Nana, je partais ramasser des pommes de terre, quand vous êtes arrivés.
Alors, tous voulurent aller ramasser des pommes de terre, sans même changer de vêtements. Ce fut une partie.
Le jardinier et deux aides se trouvaient déjà dans le champ, au fond de la propriété. Ces dames se mirent à genoux, fouillant la terre avec leurs bagues, poussant des cris, lorsqu’elles découvraient une pomme de terre très grosse. Ça leur semblait si amusant ! Mais Tatan Néné triomphait ; elle en avait tellement ramassé dans sa jeunesse, qu’elle s’oubliait et donnait des conseils aux autres, en les traitant de bêtes. Les messieurs travaillaient plus mollement. Mignon, l’air brave homme, profitait de son séjour à la c
ampagne pour compléter l’éducation de ses fils : il leur parlait de Parmentier.

_ Rappelons que ce roman est accessible notamment en édition courante chez Gallimard.
Dernière édition en foliothèque, n° 157 de septembre 2008 (commentaires d’Eléonore Reverzy).
Le site France Diplomatie (Ministère des Affaires Etrangères) propose le livre en téléchargement intégral gratuit :
cliquer ici