Florilège poétique

Cela s’appelle florilège, vieux terme pour désigner une « anthologie »

_ Pourquoi ?
J’y trouve l’intérêt du rappel de l’univers floral. Et de l’éthymologie du mot qui vient par dérivation de « glanage. Un mot qui convenait si bien à la pomme de terre pour ce qui est de l’autrefois.

Ici donc le recueil (encore un terme approprié, j’aime « recueillir » plus d’ailleurs que « se » recueillir…) autour de la pomme de terre. Disons l’anthologie pour ceux qui veulent aller vite, et passe sur ce site comme passent des habitants virtuels de cette planète.

Cette anthologie va comporter à la fois un inventaire de poèmes sur la pomme de terre (ce que d’aucuns appelle « bibliographie »), et la présentation de poèmes ou textes divers (Qu’est-ce que la poésie ? est une question que je traiterai ailleurs qu’ici) que leurs auteurs m’auront autorisé à mettre en ligne. Ou que je me serai autorisé à mettre en ligne car morts depuis de si nombreuses années je n’ai plus le fil conducteur pour leur en parler directement.

S’ils voient leurs textes sur la Toile de là où ils sont, j’espère qu’ils en seront heureux.

Cette anthologie n’entend pas faire double emploi avec celle qu’Alain Boudet met en place sur son site La Toile de l’Un. Je renvoie donc aussi les amoureux de la pomme de terre et/ou de la poésie à faire un saut sur ce site en cliquant ici, sur la page Eloge à la pomme de terre->http://www.boudully.perso.cegetel.n&hellip ;]

L’anthologie est dite « poétique » mais cela s’entend au sens large. Disons simplement que je ne veux pas qu’il y ait de confusion pour des visiteurs inopinés : vous ne trouverez pas ici de recettes de cuisines (sauf exception si le texte présente une allure qui ouvre sur un autre plaisir de la langue que le culinaire), ni d’informations scientifiques (sauf là aussi découverte d’un discours scientifique qui aurait d’autres résonnances) ou de données médicales (sauf description venant de la nuit des temps de remèdes de bonnes femmes, de sorcières ou de fées).