Les Glaneries de Fursac et environs (Creuse)

Le salon du livre de Fursac du 19 octobre 2008 était consacré à la pomme de terre

Pour l’occasion l’association du Club du Livre, organisatrice de la manifestation a publié un ouvrage consacré à l’histoire de la pomme de terre dans la Creuse. Et m’a invité pour quelques jours autour de cette thématique.
C’est ainsi que je suis intervenu les jours précédents, aux écoles de Fursac et de Grand Bourg, et auprès de l’amicale Laïque de Saint-Priest-la-Feuille. Je suis également intervenu le jour du salon pour la présentation de l’imaginaire de la pomme de terre des Andes jusqu’à nos jours.
J’ai recueilli beaucoup de « menteries » à base de pommes de terre et lettres ouvertes aux pommes de terre auprès d’enfants et d’adultes, à retrouver sur d’autres pages.
Ici, selon l’esprit des « glaneries », quelques nouvelles informations que j’ai pu recueillir, notamment du domaine culinaire.


Mme Pascal Colette était cultivatrice
Nous étions producteurs de semences de pommes de terre pendant une quinzaine d’années (à Chabannes, sur la commune de Saint-Pierre-de-Fursac).
Au mois de juillet il fallait surveiller qu’il n’y avait pas d’attaque de mildiou et arrêter leur végétation pour qu’elles ne deviennent pas grosses pommes de terre de consommation. Après un certain calibres, payées comme pomme de terre de consommation donc beaucoup moins cher.
On brûlait tout le champ ca brulait les fanes et les pommes de terre ne poussaient plus. On attendait tout de même l’automne pour les arracher.
On les vendait à un négodiant de Bessine qui avait de grandes remises. On les livrait.
Comme tout négociant qui se respecte il nous payait le poids qu’il voulait le prix qu’il voulait. Fournissait les produits pour l’année d’après.


Tourtes et tréflas
« Tréfla » est le mot pour « pomme de terre » en occitan limousin.
On mange le pâté aux pommes de terre, spécialité du Limousin et du Bourbonnais. Il s’agit d’une sorte de tourte contenant de la crème fraîche. On l’appelle en occitant « pastis de treflas » ou « pastis de pompiras » (car « pompiras » est un autre nom de la pomme de terre). Le « pastis » est le « gâteau ».
Un charcutier de Saint-Etienne-de-Fursac est spécialisé dans la confection de ces tourtes.


le fondu creusois
Au bain marie ou à l’appareil à fondue, faire fondre le camembert en ajoutant le liau au fur et à mesure, afin d’obtenir un mélange onctueux. Ajouter 1 à 2 cuillères à soupe de farine pour épaissir si le mélange est trop liquide.
Idéal à consommer avec des frites.
Et c’est ce qu’on m’a proposé à l’école de Grand Bourg ! Frites et camembert fondu, excellent pour la ligne sans doute !