Quelques pistes pour l’écrivain de service

L’écrivain de service intervient :

Comme commis voyageur d’une Maison nomade de poésie

Soirées lecture de textes

Interventions de deux-trois jours et lecture d’une production après rencontre avec les habitants des lieux (publication en plaquette souhaitable, ou affichage de poèmes courts dans le village ou la ville (variable selon contextes) ;

Pour réaliser un poème dans le cadre d’opérations comme Une Ville un poème avec le Printemps des Poètes

En 2007, avec la ville de Saint-Leu-d’Esserent réalisation d’un poème intitulé Je te poème Saint-Leu du monde (à retrouver sur le site du Printemps)

relevé de présence

Recueil de récits de vie

Récits de quartier, d’entreprise, de famille,…

Récits d’imaginaires

Dans des rapports Textimages

Collaboration écriture en relation avec les arts plastiques ou la photographie

Ecriture à partir exposition, écriture en parallèle à creation plastique d’un artiste en residence, préface de catalogue d’arts plastiques,…

L’Arbre à palabres (ou arbre à lettres)

Il s’agit d’écrits collectifs ou individuels : j’accompagne l’écriture des passants, pendant une fête du livre par exemple. Je propose un déclencheur, un sens d’écriture,… en lien avec la manifestation.

Je suis accompagné d’un ordinateur portable et d’une imprimante. Une des possibilité est l’écriture de poèmes ou nouvelle où chacun repart avec le texte produit.

Exemple : réalisation de haïlus lors de Mers-les-livres (Côte Picarde), les 12 et 12 août 2007.

Ping pong d’écriture

Echange d’écritures par télécopie ou par mail (après organisation, planning de rendez-vous,…). Le ping-pong peut avoir plusieurs objectifs, fixés lors de l’engagement initial et par exemple :

• texte commencé par le groupe et sur lequel je fais les remarques littéraires pour la poursuite des épisodes suivants

• texte de groupe ou individuel poursuivi par l’écrivain

• Echange entre écrivains : voici quelques années j’ai ainsi co-produit un texte en français avec une amie brésilienne, gloria Kirinus, qui réagissait en portugais. C’est un texte que je mettrai sans doute en ligne.

Accompagnement de projets

• Recueil de récits de vie, mémoires de quartier,…

• Ecrire un journal de quartier

• etc. (j’aime cet etc. qui tend vers l’infini sans jamais y parvenir, promesse en tout cas d’un monde ouvert).

Un bémol à cet infini : je n’interviens jamais dans des Salons du livre pour de simples signatures. Il me faut toujours de l’échange, je veux dire du véritable échange avec qui passe et qui s’arrête et qui veut palabrer.